DzActiviste.info Publié le ven 26 Avr 2013

Saâd DAHLAB, le diplomate de la Révolution.

Partager

Benkhedda DahlebL’anniversaire du 19 mars 1962 et le rôle de Saâd Dahlab dans les accords d’Evian

Par Benyoucef BEN KHEDDA

 

Bismillah

L’itinéraire de Saâd Dahlab Du militant au diplomate

J’ai connu Saâd Dahlab au collège colo-nial de Blida, devenu après l’indépendance Lycée Ibn Rochd. C’était en 1934, au cours de la rentrée scolaire, en classe de quatrième. Il venait de Médéa où il avait fréquenté le Cours complémentaire.

Ce qui m’avait frappé chez lui, d’emblée, c’était sa simplicité, son langage franc et direct, ses yeux pétillant d’intelligence et de finesse, son ton humoristique, et son optimiste indéfectible.

Il parlait l’arabe du Sud, si proche de l’arabe classique, avec cet accent du terroir, le guebli, qui lui donnait sa saveur particulière.

Dans les moments de spleen, il se laissait aller à chanter le fameux ya’ya’ propre aux habitants des Hauts Plateaux, plein de philosophie sur la vie et la condition sociale de l’Algérien. J’en ai retenu ces deux vers :

انظر شوف على يمينك و شمالك

غيرك طائر فى السماء و انت بارك

« Observes ! Dirige ton regard à droite et à gauche,

« L’Autre (l’Etranger) vole dans le ciel, et toi, tu demeures collé au sol. »

C’est lui qui m’avait initié au nationa-lisme.

Un jour, dans la capitale, il m’invita au café Tlemçani, dans la Basse-Casbah, connu pour être fréquenté par les nationalistes. Le serveur utilisait son comptoir beaucoup plus pour répandre les idées de l’Etoile que pour servir la clientèle ; il maniait à merveille la langue arabe ; c’était un Biskri et les Biskris sont connus pour être d’excellents arabophones.

Au collège, il y avait Mohammed-Lamine Debbaghine, notre aîné dans le nationalisme. Il vivait plutôt retiré. Il nous arrivait Dahlab et moi de l’approcher.

En 1936 – 1937, à l’avènement du Front populaire en France, un gouvernement de gauche fut porté au pouvoir. On en ressentit les effets : l’Etoile redevint légale et son journal El-Ouma circulait librement en Algérie.

Mohammed Lassaker était un élève externe au collège. Il nous mettait au courant, nous les internes, de ce qui se passait dehors, en fait d’activités politiques. Il était le responsable de la section de Blida de l’Etoile nord-africaine. Il arbo-rait sciemment une cravate verte ornée d’un croissant et d’une étoile rouges comme pour défier l’Administration du collège.

En cette année, 1936 ou 1937, un événe-ment nous marqua profondément. Nous étions en classe quand soudain entra inopinément le Principal de l’établissement, Mr Jacquin. C’était un homme de droite, ouvertement hostile à l’accès des jeunes Algériens à l’instruction. Porté sur l’alcool, il lui arrivait de dépasser la dose. Ce jour-là donc, il se fendit d’un discours qui nous était directement adressé. Nous étions en tout quatre Algériens au milieu d’une vingtaine d’Européens.

« Vous, les indigènes, nous dit-il, vous voulez vous instruire pour mieux nous poignarder…

« Vous êtes des poignards qu’on aiguise contre la France…

« Quand vous pensez que Lassaker est le secrétaire général de l’Etoile nord-africaine à Blida !… » termina-t-il en s’adressant à l’assistance.

Ces paroles nous avaient choqués. Da-hlab saisit sa belle plume et rédigea illico un article qu’il envoya au journal El-Ouma paraissant à Paris. Et c’est avec une grande émotion que nous le re-lûmes quelques temps après. « Tu vois la vertu de l’imprimerie » me lança Dahlab non sans fierté.

Une fois le Bac obtenu, Dahlab ne put continuer ses études, faute de moyens.

Le militant

Avec la Guerre mondiale qui éclate en 1939, Dahlab s’engage davantage dans la lutte anti-colonialiste.

En 1942, le Anglo-Américains débar-quent en Afrique du Nord. Ils en chassent les Alle-mands et les Italiens qui y avaient pris pied militai-rement. Ils véhiculent des idées de liberté et de dé-mocratie qui ont un large écho chez les peuples du Maghreb. Messali est libéré de Lambèze (Tazoult), ainsi que d’autres détenus. Il est assigné à résidence, à Boghari d’abord, à Ksar Chellala ensuite. Dahlab est à ses côtés. Il lui sert parfois de secrétaire. Il est littéralement envoûté par la personnalité du Zaïm.

Un mouvement d’union se développe au-tour d’une nouvelle formation, les AML : Amis du Manifeste et de la Liberté. Il comprend outre les éléments PPA, qui étaient ses principaux animateurs, des membres de l’Association des Oulamas de Cheïkh Bachir Ibrahimi et des élus, amis de Ferhat Abbas. Celui-ci est le président des AML qui tien-nent leur congrès en mars 1945. Dahlab y participe à titre de représentant de la section de Ksar Chellala.

Le mouvement couvre en quelque mois l’ensemble de l’Algérie, ce qui inquiète grandement la grosse colonisation et la détermine à verser dans la provocation. Le 18 avril 1945 Messali est enlevé par l’armée française et transféré par avion au Congo-Brazzaville où il est déporté. Les militants de Ksar Chellala réagissent. L’émeute s’empare de la rue. Des arrestations s’en suivent. Dahlab fait partie du lot.

De la prison Serkadji où il est enfermé, Dahlab m’écrit, toujours plein d’humour (ce qui ré-vèle un moral élevé) :

« Arrêté, moi, pour rebellion ? », et il ajoute ce jeu de mots : « rebel et lion ».

En 1946, le gouvernement français pro-clame l’amnistie générale. Les détenus sont libérés et Messali revient en Algérie. Il s’installe à Bouzaréah. Sous son égide, le PPA participe aux élections au Parlement français en novembre 1946. Dissous en 1939, le Parti présente ses candidats sous une nouvelle appellation : Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD).

En 1953, Dahlab est désigné membre du Comité central du PPA-MTLD. Il y accède en pleine crise entre ce dernier et Messali. Il use de toute son énergie et de sa diplomatie auprès de celui-ci pour éviter la scission du Parti, mais hélas le Zaïm était décidé à se « débarrasser » du CC et à se pro-clamer « Président à vie ».

Début 1956, Abane, à Alger, a pris l’initiative d’une rencontre au sommet des dirigeants du FLN. Il est à la recherche de quelqu’un à en-voyer en mission auprès de Youcef Zighout. Je lui propose Dahlab qu’il accepte volontiers, le connais-sant de longue date. L’idée d’une rencontre entre hauts responsables du FLN est favorablement accueillie par le chef de la zone du Nord-constantinois du FLN-ALN. Le Congrès de la Soummam se réu-nit le 20 août 1956 et désigne le CNRA (Conseil national de la Révolution algérienne) – en quelque sorte le Parlement du FLN -, ainsi que les cinq membres de son organe exécutif : le CCE (le comite de coordination et d’exécution) : Abane, Ben M’hidi, Krim, Dahlab et Ben Khedda (les deux der-niers en leur absence).

Le CCE siège à Alger de septembre 1956 à février 1957. Il eut à faire face à une terrible ré-pression : celle de la 10e division de parachutistes de Massu ; ce qui le contraignit à quitter la capitale, puis, le territoire national.

Le CNRA, réuni au Caire procéda au re-maniement du CCE d’où Dahlab est éliminé et mis à la disposition de Ferhat Abbas, membre de la nouvelle direction, en qualité de responsable du département de l’information.

En 1958, Dahlab fait partie de la déléga-tion désignée par le GPRA pour une mission en Chine.

Les négociations entre le GPRA et le gouvernement français

En 1961, les négociations entre le GPRA et le gouvernement français sont ouvertes officiellement. Dahlab va en être l’élément moteur. En août de la même année il est ministre des Affaires étrangères du GPRA, ce qui lui donne plus de poids aux pourparlers avec le partenaire français.

L’appel aux armes du Premier novembre 1954 n’a jamais fermé la porte aux négociations, bien au contraire. Les premiers contacts entre le FLN et le gouvernement français eurent lieu à plusieurs reprises de façon secrète et officieuse courant 1956.

C’est seulement en février 1961 que débu-teront officiellement les vraies négociations avec la France. Elles se poursuivront pendant plus d’an, jusqu’au cessez-le-feu du 19 mars 1962.

C’est qu’entre temps de Gaulle était revenu au pouvoir, et son discours du 16 septembre 1959 sur l’autodétermination allait imprimer une nouvelle tournure au conflit algérien.

Divergences algéro-françaises

Le lutte héroïque de notre peuple conju-guée à la pression internationale avait mis de Gaulle dans l’obligation de proposer des mesures concrètes pour résoudre le conflit algérien qui coûtait de plus en plus cher à la France et la menaçait jusque dans son unité nationale. Sous quelle forme ? Par l’autodétermination, c’est-à-dire l’organisation d’un référendum portant sur trois options : l’indépendance, l’association, la francisation.

De Gaulle, tout en rejetant l’indépendance et la francisation, choisit l’association « le gouver-nement des Algériens par les Algériens en union étroite avec elle (la France) pour l’économie, l’enseignement, la défense, les relations internatio-nales ». C’est l’autonomie interne, c’est-à-dire la souveraineté limitée. Comme si cette limitation ne suffisait pas, de Gaulle fractionne la nation. Il con-çoit des régions autonomes sur la base de commu-nautés ethniques organisées suivant un régime de type fédéral « afin, dit-il, que les communautés di-verses, française, arabe, kabyle, mozabite etc., qui cohabitent dans le pays, y trouvent des garanties quant à leur vie propre et un cadre pour leur coopé-ration ». Nous sommes ainsi en présence d’un sys-tème fédéral qui, plus est, se trouve arbitrairement fondé sur une visée discriminatoire, à la fois ethnique et régionaliste, aboutissant en fait au morcellement géographique de l’Algérie et à la fragmentation de son peuple.

A ce concept diviseur, le GPRA oppose ce-lui de la nation algérienne formée d’un même peuple, façonnée depuis des siècles par une histoire et une culture arabo-islamique communes qui ont donné à l’Algérie son vrai visage et sa personnalité renforcée dans la lutte anticolonialiste. Aux côtés de ce peuple, une communauté dominante : la minorité européenne qui tient à la pérennisation de ses privi-lèges colossaux, et dont le statut futur doit être réglé, au gré du GPRA, dans le cadre d’un Etat algérien unitaire et souverain.

De Gaulle agite en outre la menace de la partition au cas où les Algériens se prononceraient pour l’indépendance. Le Sahara resterait alors sous domination française à cause de ses richesses en pétrole, ce pétrole qui sera la cause d’une prolonga-tion de la guerre de trois ans.

Pour l’autodétermination et son organisa-tion ce sont « toutes les tendances politiques » qui seraient représentées. C’est l’idée de « table ronde » qui est reprise et non le principe d’un FLN « repré-sentant unique de la Résistance » .

Le désaccord est profond entre la concep-tion gaulliste de l’autodétermination et celle du GPRA. Pour ce dernier, il y a des conditions poli-tiques et militaires à remplir avant d’arriver à l’autodétermination. Il faut qu’il y ait cessez-le-feu d’abord, et le cessez-le-feu ne peut se concevoir sans l’accord préalable sur ses conditions.

Les premiers contacts entre délégués fran-çais et délégués du GPRA se solderont par l’échec de Melun (25/29 juin 1960) où de Gaulle demande ni plus ni moins la capitulation de l’ALN, rejetée ipso facto par le GPRA. Ce sont les manifestations populaires d’Alger et des grandes villes sous le dra-peau du FLN, en décembre 1960, qui pousseront les Français à s’asseoir de nouveau autour d’une table pour les discussions avec le FLN. Commencées à Lucerne en Suisse le 20 février 1961, deux mois après ces événements historiques, elles feront appa-raître des divergences fondamentales entre les deux délégations dont voici l’essentiel:

L’ordre public demeure toujours assuré par les forces françaises, « Le Sahara ? Pas question, réplique Pompidou, le représentant de de Gaulle, aux délégués du GPRA ; il ajoute : « Le Sahara, c’est une mer, elle a ses riverains ; l’Algérie, c’est un de ses riverains et la France se doit de les consulter tous ». Le problème de l’armée française est laissé à part ; Mers-El-Kébir est revendiqué comme propriété française, à l’image de Gibraltar, enclave britannique en territoire espagnol. De Gaulle ne veut pas entendre parler « guerre », pas plus que de « cessez-le-feu », mais de « trêve ». Une fois la trêve négo-ciée, dit-il, il y aurait une déclaration du gouverne-ment suivie de celle du GPRA condamnant le « ter-rorisme » « ou tout acte de violence ». Les « cinq » ministres emprisonnés seraient libérés alors et parti-ciperaient aux négociations.

Le GPRA refuse de discuter séparément du cessez-le-feu et des garanties d’application de l’autodétermination. Il ne veut pas réitérer Melun. Il rejette la « trêve » qui est la cessation des actions militaires entre deux parties, tandis que le cessez-le-feu règle au préalable les problèmes politiques et militaires, et n’est que l’aboutissement de discussions plus ou moins longues. Il repousse l’idée des « tendances » qui est un moyen de division afin d’isoler le FLN et rejette naturellement la partition du territoire.

A Lucerne, donc, les points de vue entre le GPRA et de Gaulle sont aux antipodes les uns des autres tant sur les solutions préconisées que sur la démarche envisagée pour y parvenir. De telles divergences, profondes, quasi-irréductibles, peuvent être résumées ainsi :

 

De Gaulle                                                                                                                            GPRA

Autonomie interne                                                                                                          Pleine souveraineté.

Algérie amputée du Sahara                                                                                          Intégrité du territoire, Sahara compris

Morcellement de l’Algérie en ethnies                                                                     Unité de la nation algérienne :

un seul de culture arabo-islamique, et une minorité  européenne  étrangère.

Table ronde                                                                                                           Le FLN, interlocuteur unique.

Trêve                                                                                                                                     Cessez-le-feu.

 

Ainsi apparaît la conception gaulliste de « l’association » : une Algérie amputée de son Sahara, avec une présence militaire française garante des privilèges économiques de la France et de la minorité européenne fixée en Algérie . Cela explique pourquoi de Gaulle réclamait au profit de cette mi-norité la double nationalité, algérienne et française, que, d’emblée le GPRA rejeta.

On a prétendu que les accords d’Evian con-tenaient un certain nombre de dispositions secrètes. J’affirme qu’il n’y a jamais eu de clauses secrètes passées entre le GPRA et le gouvernement français. Ces accords sont tels qu’ils ont paru intégralement et publiquement le 19 mars 1962.

Si après l’indépendance, le gouvernement algérien a pu signer un quelconque accord sur les armes chimiques ou bactériologiques c’est à lui qu’il incombe de répondre et de fournir toutes explica-tions utiles à cet égard.

En fin de compte, ne cessons jamais de le rappeler : les négociations algéro-françaises se sont terminées par une immense victoire de l’Algérie : son indépendance totale dans l’intégrité absolue de son territoire.

Une victoire considérable

La victoire du peuple algérien, on ne le répètera jamais assez, s’est terminée par le retrait d’une armée d’occupation de 500 000 hommes appuyés par 200 000 supplétifs ( soit environ un soldat pour huit Algériens). Elle a acculé un million d’Européens enracinés dans le pays depuis plus d’un siècle à un départ massif vers la France. Surtout, elle a contraint la France à reconnaître solennellement à l’Algérie sa souveraineté nationale, pleine et entière, sans amputation d’aucune partie de son territoire, notamment celle du Sahara que les Français voulaient nous ravir.

Le peuple algérien a triomphé par la grâce de Dieu, et par l’engagement, l’abnégation et le sa-voir-faire de militants de la trempe de Dahlab. Membre de la délégation FLN aux négociations d’Evian, Dahlab a su donner la mesure de ses talents qui étaient aussi immenses que divers. Fin diplo-mate, l’intelligence constamment en éveil, il avait l’art d’user de son humour irrésistible pour débloquer les situations les plus ardues. Plein d’allant et de ténacité sous des dehors d’homme affable et réputé pour sa convivialité et la vivacité de son esprit, il fut sans conteste, parmi les artisans de la victoire de notre cause à Evian, celui qui avait le plus im-pressionné les Français par la pertinence de ses ana-lyses, de son sens aigu des enjeux, l’habileté de ses interventions, et son pragmatisme plein de bon sens.

 

Quelques traits de caractèrede Saâd Dahlab

Saâd Dahlab était sans complexe ; il dé-fendait avec assurance la cause algérienne parce qu’il la considérait comme la cause juste par excellence. Il estimait de son devoir d’expliquer la légitimité du combat mené par le peuple algérien au nom de son idéal d’indépendance et de ses valeurs arabo-islamiques. Il se dépensait à cette tâche avec une fougue et un brio qui pouvait ébranler les plus réticents de ses interlocuteurs. Que ce soit devant des personnalités internationales comme Matteï, magnat italien du pétrole et président du groupe l’ENI, ou devant Louis Joxe, chef de la délégation française aux pourparlers d’Evian, il savait à la fois séduire et jouer serré sans jamais perdre de vue que les dissensions entre responsables de la Révolution ne devaient en aucun cas nuire aux objectifs primor-diaux de la négociation.

Matteï

C’était au cours du voyage en Chine de la délégation du FLN en 1958. De retour de Pékin celle-ci devait se rendre à Moscou. Se trouvant en transit à Omsk, en Sibérie, en attente de l’avion qu’elle comptait emprunter pour rallier la capitale russe, elle fut, à cause du mauvais temps, obligée de prolonger de trois jours son séjour forcé dans cette ville. Comme les autres voyageurs, les membres de notre délégation descendaient souvent dans la salle commune de l’hôtel afin de savoir quand enfin ils reprendraient l’avion. Dahlab avait, entre temps, lié connaissance avec Matteï. Un matin, il l’aperçut de loin. Ils se reconnurent et se dirigèrent l’un vers l’autre comme si ils se connaissaient depuis longtemps ; et Dahlab de s’écrier : « Hein, Mr Matteï ! Qui l’eût dit : Matteï, le capitaliste, et le FLN, révolutionnaire, tous deux vers un seul but : Moscou. » Et Matteï d’éclater de rire.

A partir de ce jour, Matteï devenait un allié du FLN; il arriva à Rome où il téléphona à Tayeb Boulahrouf, notre représentant en Italie. Il lui fut d’une aide précieuse dans les milieux politiques italiens.

L’art de la métaphore

Saâd Dahlab avait l’art de présenter la si-tuation la plus désespérée sous une forme métapho-rique et gaie, qui mettait tout le monde à l’aise.

En 1954, la crise qui oppose le Comité central à Messali au sommet du PPA-MTLD avait atteint des proportions insoupçonnées ; la scission se propageait à grande vitesse. A Ksar Chellala la kasma du MTLD avait basculé entièrement dans le camp messaliste. D’Alger, nous téléphonons à Dahlab :

« Allo, Si Saâd ! Comment ça va chez vous ? Quelle est la situation ?

– Et bien, voilà, répond-il, en fait de centralistes, il n’y en a que deux : votre humble serviteur, et son épouse. »

Le diplomate

Saäd Dahlab n’avait pas 40 ans de di-plomatie derrière lui comme Louis Joxe, son parte-naire français. Il ne sortait pas d’une université prestigieuse, mais il ne se laissait pas impressionner pour autant par les titres de ses interlocuteurs. C’était le militant formé à l’école du PPA pour qui seul comptait l’intérêt de l’Algérie et de son peuple ; il était sans complexe et agissait avec un bon sens remarquable.

Le Sahara « français »

Au cours d’une des nombreuses séances de négociation, les deux délégations, algérienne et française, sont réunies, la première présidée par Krim, la seconde par Joxe. La discussion piétinait car elle concernait un « gros morceau » : le Sahara. Les Français soutenaient mordicus que le Sahara n’est pas algérien, mais « français » en apportant à l’appui de leur thèse force lois, décrets, règlements et un tas d’autres considérations sociologiques. Un membre de la délégation algérienne, avocat de pro-fession, se met à leur répliquer en faisant appel aux arguments d’ordre juridique, terrain où les Français sont imbattables. Dahlab intervint alors pour déjouer le piège :

« Messieurs, dit-il en s’adressant à ses vis-à-vis, depuis plusieurs séances vous essayez de nous faire croire que le Sahara est français. En vertu de quelle loi ? La loi française ? Mais bon sang ! Nous ne reconnaissons pas cette loi ! Pourquoi croyez-vous que nous avons pris les armes ? C’est pour nous dresser contre cette loi, et les autres, tout aussi injustes. D’ailleurs vous nous appelez les « hors-la-loi », n’est-ce pas ? Oui ! Nous sommes des « hors-la-loi ». Mais contre la loi française qui régit notre pays. Donc si vous êtes sérieux laissez cette loi de côté. Discutons de la paix en Algérie. (Et là Dahlab fait diversion sur la rencontre entre Khrouchev le numéro 1 soviétique et son partenaire américain Kennedy réunis à Vienne sur le thème de la Paix dans le monde).

Après l’intervention de Dahlab, les délé-gués français se regardèrent mutuellement et se tu-rent. Ils n’insistèrent pas.

Dahlab et la tactique du harcèlement

Il faut dire que pour Joxe la tâche n’était pas facile. Il était soumis par Dahlab à la tactique du harcèlement sur les questions secondaires où il met-tait les nerfs de son partenaire à dure épreuve tout en demeurant ferme sur les positions-clefs du FLN : Sahara, souveraineté nationale, refus de la double citoyenneté à la minorité européenne. A ce propos Dahlab relate dans son livre « Mission accomplie » : « Un jour Mr Joxe exténué, arracha d’un geste vif de la main gauche, ses lunettes et les déposa devant lui, en jetant de la main droite son stylo au bout de la table : c’est un geste qui nous devenait familier chaque fois qu’il était en colère ou feignait de l’être. « Depuis quarante ans grommela-t-il, je noue et je dénoue des ficelles cassées, je n’ai jamais vu une négociation pareille » ! Je lui répliquai doucement de la manière la plus détendue possible « mais, monsieur le Président, c’est la première fois que vous négociez avec des Algériens ! » Il esquissa un imperceptible sourire en s’armant de nouveau de ses lunettes et de son stylo. »

Le 19 mars 2002

Benyoucef Ben Khedda


Nombre de lectures: 338 Views
Embed This