DzActiviste.info Publié le mar 13 Mai 2014

Safari au Consulat d’Algérie à Nanterre …. l’animal à abattre : la bureaucratie

Partager
By Kamelus Ben ( avec son aimable autorisation)
L’appel du pays est plus fort, il est viscéral et bien entendu afin d’assouvir ce besoin le passage par le consulat d’Algérie est un chemin de croix obligatoire c’est dans ce contexte que je me suis décidé à le faire et à porter la croix en ce samedi pluvieux.
J-1 : la veille les symptômes les précurseurs de cette aventure commençaient à se faire sentir, picotements, état d’anxiété avancé et par-dessus tout une insomnie à 7,5 sur l’échelle de richter.
Jour J : Enfin le jour j est arrivé ayant pris mon courage à 2 mains je me présente devant la nouvelle battisse du consulat eh oui ils ont déménagé et vous savez comment je l’ai reconnu c’est que chaque matin en passant par là car je connais le coin, je voyais une queue à l’algérienne présente comme un décors urbain. Bref un grand bâtiment imposant ça nous change de la petite villa ou s’entassaient des centaines de personnes sans savoir comment on arrivait à faire cet exploit.

à l’entrée le vigile imposant par sa taille et sa corpulence et non par son intellect m’interpelle : « Mon frère, (tiens je ne savais pas qu’on avait la même mère , elle est très cachottière ma maman !!! ) c’est pourquoi ? » et moi fébrilement comme si c’était un entretiens d’embauche je répondis c’est pour une carte d’identité ( eh oui j’avais fais une croix sur mon passeport et me suis dit que la CNI était le seul lien qui me restait pour faire de moi un Algérien à part entière), « C’est par ici mon frère dans cette queue, j’obtempère sans brancher en le remerciant vivement avant qu’il ne change d’avis. Ahh cette fameuse queue était là comme une maman et elle me dit « Viens dans mes bras mon enfant je t’attendais ». 
1 heure plus tard toujours au même point à croire que cette queue est devenu paraplégique , un handicapé se présente devant le vigile et en présentant sa carte d’invalidité, le vigile n’ayant pas reçu d’instruction pour ces cas et droit dans ses bottes l’apostrophe et l’invite à rejoindre la queue comme tous les autres malgré les atermoiements de ce monsieur le vigile lui répondit « Ici vous êtes tous pareil et si ça ne vous plait pas vous avez la porte», Ouf au moins en Algérie les handicapés sont traités comme tout le monde c’est un bel exemple d’égalité les autres nations devraient s’en inspirer.
1 h plus tard, ouf j’arrive enfin devant l’entrée du saint graal je n’y croyais plus sous cette pluie et ce froid, et là j’entre dans le saint des saints, une deuxième queue m’attend pour arriver au guichet de l’accueil que je finis par atteindre 30 mn plus tard ( faites les comptes ça fait déjà 2h ) j’arrive enfin devant son altesse du guichet et j’ai qu’une seule envie c’est de prêter allégeance, « C’est pourquoi Monsieur dit le préposé au guichet ? » ahhhh on m’a dit Monsieur j’y croyais plus « heu c’est pour une carte d’identité », « Nous n’avons plus de tickets monsieur » , je sens le sang me monter à la tête mais l’erreur à ne pas faire dans un consulat c’est de le montrer d’où les séances obligatoires de Yoga avant d’y aller, bref je dis « Après 2h30 de queue que suis-je censé faire monsieur danser, péter un câble ou vous remercier ? », le préposé une sorte de brebis galeuse car il essayait de faire du mieux qu’il pouvait comparé aux autres, « le vigile était informé il aurait dû vous le dire » « Bon puisque j’ai perdu 2h30 alors autant vous poser une question au moins je ne serai pas venu pour rien », « Oui monsieur ?? », « Voilà j’ai fait une demande pour l’acte de naissance 12S ( précieux sésame pour refaire son passeport) il y’a de cela 14 mois et je n’ai aucune nouvelle que dois je faire ???», « 14 mois ??? ce n’est pas normal monsieur, il doit surement être là mais vous n’avez pas été informé tenez prenez ce ticket et allez au guichet N°6 », ouf quelle soulagement j’ai mon s sésame pour une journée au consulat en pension complète (l’angoisse et la crise de nerfs sont offerts par la maison ).
Ticket G-0041, je pense que c’est pas très loin au guichet ils ont sont au G-002 tut va bien il me reste que 39 personnes avant moi, alors j’attends, j’attends et j’attends encore l’ambiance est électrique alors pour passer le temps je décide d’aller récupérer le formulaire de demande pour le passeport et je retourne guichet de l’accueil et bien entendu faut refaire la queue pour poser une question mais bon j’ai toute la vie devant moi ou derrière j’en sais rien, 30 mn plus tard ( faites le compte ) j’arrive devant un autre préposé « Excusez moi monsieur auriez vous un formulaire pour la demande de passeport ?), « nous n’avons plus de formulaires, montez au premier étage au service des passeport » ( retenez bien ce passage, 30 mn pour avoir cette réponse ) prenant mon mal en patience, je monte au 1er et là des dizaines de personnes désabusées comme un clip mettant en scène des zombies bref je vais vers un guichet ou travaillait un monsieur les yeux rivés sur son écran comme pour éviter à tout prix le regard des autres « Moi : Bonjour monsieur je m’excuse sincèrement de vous déranger, je cherche le formulaire X pourriez vous me dire ou je pourrais le récupérer ? », AUCUNE REPONSE, je répète ma question pensant qu’il n’avait pas entendu et du coup le monsieur relève la tête me toise méchamment ses yeux injectés de sang transpercent mon âme et me rétorque violement « je ne suis pas là pour vous répondre et je ne suis pas ici pour vous répondre » , j’étais glacé par l’effroi et la colère alors je répondis calmement « Monsieur vous êtes ici au service du citoyen et donc à mon service et que vous le vouliez ou non vous vous devez de me répondre » La phrase de trop « Il jaillit de son fauteuil comme un volcan « appelez la sécurité », alors je rétorque « Monsieur je suis venu comme un simple citoyen et si vous le voulez je vais donner un coup de fil et là je deviendrai un Super citoyen et vous vous ferez un plaisir de me cirer les chaussures dans ce cas alors juste répondez à ma question et cela vous évitera cette humiliante posture », « heuuu allez voir à l’accueil », je suis redescendu à nouveau faire la queue pour accéder à mon préposé de l’accueil, et une vieille dame était devant elle lui demanda le formulaire et bien entendu il l’envoya au purgatoire c’est-à-dire au premier étage, j’arrive et en étalant ma colère je lui racontai mes déboires sans oublier de taper une gueulante devant tout le monde, il s’excusa ouvrit un tiroir et me donna le formulaire . « Ouf ma première victoire », allez faut que je retourne à mon guichet j’espère que le N° 41 n’est pas passé, j’arrive donc 1h30 plus tard Ouf il en était au n°6 à ce train là je vais prendre perpet. Bref alors j’attends et j’attends les gens sont excédés les fonctionnaires du consulat sont exécrables. Je prends on smartphone heureusement et je m’amuse avec la batterie se vide petit à petit et mon espoir avec, et du coup une grosse bagarre se déclenche un homme excédé avec sa femme enceinte, ouf enfin car dans l’offre touristique du consulat des spectacles sont prévus et là c’était le premier comme quoi Ils assurent grave, bref bagarre dispute insultes la sécurité qui s’interpose et les fonctionnaires toujours insensibles à la détresse des gens sorte de leur bouche la phrase imparable « Si ça ne te plait pas c’est Kif Kif » waouw pour le show ils assurent grave, je continue avec mon smartphone et là la batterie me lâche j’ai l’impression que mon cœur va s’arrêter. Et du coup un vieux monsieur assis à côté de moi m’interpelle il voulait discuter histoire de noyer sa détresse quelque part, et il me raconta un peu son histoire, il était là depuis 2 heures du matin oui 2 heures du matin , il est venu à pied ( 4 km à pied ) avec tous ses problèmes de santé, et du coup la conscience m’interpelle et merde t’es mieux loti que lui mais d’un autre côté j’étais furax révolté outré devant cette administration qui traitait ses gens comme des bouseux, mon impuissance devant cette injustice m’horrifiait, le pays que je chérissais tant s’écroula d’un coup à mes yeux, je venais de découvrir la « TYRANIE CONSULAIRE » , 2 h plus tard, ticket N° 36 allez je me suis dit tu y’es presque, plus que 5 , quelques temps plus tard arrive enfin mon tour, je me précipite vers le guichet et lui remis mon ticket comme un ticket pour le paradis, le préposé imperturbable « Oui monsieur c’est pourquoi » « C’est pour mon Extrait de naissance 12s », « Votre passeport », je lui remis alors ce précieux document même s’il était périmé, et il me dit « Vous allez attendre un peu on va vous appeler » , « Combien de temps dois-je attendre », « On va vous appeler et c’est tout » bien entendu j’obtempère avant qu’il ne change d’avis et hop reparti pour une longue attente finalement vers 18h00 l’appel de mon nom résonna en moi comme la plus belle mélodie que j’ai jamais entendu.

Un dernier détail avant de me remettre le précieux document le préposé au guichet me demanda de signer sur le registre sans le bouger c’est-à-dire à l’envers, j’ai trouvé ça un peu bizarre mais bon j’avais mon document alors j’ai poussé un cri devant l’assistance et je leur ai annoncé que je venais d’avoir mon bac.

Finalement pour un papier j’ai passé toute une journée et je suis quand même bien loti puisque j’ai fini par l’avoir mais Monsieur le président si vous lisez par hasard cet article, ce qui me choque le plus ce n’est point la désorganisation chronique de vos services, mais ce mépris systématique de votre administration envers ses citoyens comme est ce pensable ? pensez-vous qu’avec ce traitement vous puissiez demander à ces personnes d’être fiers ?? Fiers d’être traitées comme des brebis galeuses par leur propre pays ? et ce que je viens de constater Monsieur le président c’est que chaque administration, chaque consulat est un royaume régit par la tyrannie, et l’abus de pouvoir , faites un tour et vous saurez mieux que moi de quoi je parle en ce qui me concerne je suis vacciné pour 10 ans (heureusement que le passeport est valable maintenant 10 ans ça va me laisser le temps de m’en remettre ).

Fin du safari


Nombre de lectures: 166 Views
Embed This