DzActiviste.info Publié le lun 10 Juin 2013

Said Bouteflika, et après ?

Partager

said-bouteflikaPar Said Radjef

Depuis l’hospitalisation du président qui remonte maintenant à plus d’un mois, les services de sécurité, l’armée et leurs auxiliaires de la presse ne cessent de préparer un soulèvement populaire et de sonner jusqu’au bout la mobilisation contre son frère Said dont on dit qu’il aurait pris la succession de son frère en violation des textes de la loi fondamentale du pays. Soit !

Said Bouteflika ne peut pas agir en solo, sur un coup de tête en prenant la présidence en otage si au préalable il n’a pas le soutien d’une force politique réelle. Quelle est donc cette force qui soutient Said et qui l’incite à succéder à son frère sans passer par les urnes et le conseil constitutionnel ? Cette force est-elle interne ou externe ? Qui est donc cette force politique qui soutient Said et qui fait tant peur aux cartels de l’armée et agiter dans tous les sens la presse algérienne ? Ce n’est pas le FLN. Ce ne sont non plus le RND, le FFS et l’ex FIS. Si c’était le cas, on l’aurait su. Alors qui c’est ?

Pourquoi c’est le peuple qui devrait s’en prendre à Said Bouteflika qui souhaite perpétuer une tradition si chère aux cartels de l’armée : être désigné que d’être élu, et non les règlements et les lois de la république ? Le peuple est-il menacé par Said Bouteflika ? Est-ce que les autres présidents ont été élus par le peuple pour faire valoir cet argument lorsqu’il s’agit de Said ?

Contrairement aux précédents présidents, le candidat Said Bouteflika est jeune et universitaire. Outre sa connaissance des rouages de l’Etat, il est issu d’une grande famille. Grâce à son frère présidente auprès duquel il a passé un stage de futur président, il dispose de tous les atouts pour répondre aux attentes du peuple algérien. Au lieu d’arriver dans un char, Said a préféré valoir la loi de l’héritage. D’ailleurs, c’est une bonne chose qu’il ait pensé ainsi, parce que cela va éviter au pays de gaspiller de l’argent et de se lancer dans une autre compagne électorale non pas inutile mais ridicule.

Pourquoi donc a-t-on si peur de Said Bouteflika ? C’est un algérien comme tous les autres, sinon mieux que tous les généraux qui ont connu des promotions sans escales, du ghourbi aux propriétaires de la république !


Nombre de lectures: 10478 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Displaying 13 Comments
Participer à la discussion
  1. لم أكن أعرف معنى الانقلاب لولا هشام عبّود..

    لم أكن أعرف أنّ الشاذلي بن جديد هو الذي انقلب عليكم…لم أكن أعلم أنّ بوضياف هو الذي انقلب عليكم ثم انتحر..لم أكن أعلم أن على كافي هو الذي أنقلب عليكم…لم أكن أعلم أن زروال هو الذي انقلب عليكم …لم أكن أعلم بهذه الحقائق الخطيرة الا عندما سرّب لنا هشام عبود سرّا كبير وهو أن السعيد بوتفليقة الذي ليس له أية صفة رسمية لا عسكرية ولا مخابراتية ولا سياسية ولا دستورية أنقلب عليكم وأصبح يهدد البلاد واستقرارها…ردّ علّي يا هشام عبّود ..كيف استطعتم -رغم هذه الانقلابات المتتالية- أن تحكموا الجزائر من 92 الى الان وستحكمونها كذلك بعد الانقلاب البوتفليقي؟…نجوتم بأعجوبة من القوم الكافرين يا ولاد الحرام

  2. Amar Bouzouar dit :

    Parler régulierement de cet auxiliaire de la Présidence, c’est lui donner une importance! Lui qui est tout à fait inconnu au bataillon, soudain il sort des tenebres et devient une » personnalité ». Déjà en 2010, il tenté de créer un parti et installa un certain Hachemi comme coordinateur. Il devrait organiser un meeting le 20 novembre 2010 à Oran.

    • radjef said dit :

      Contrairement à ses adversaires d’aujourd’hui qui étaient ses sponsors et courtisans hier, Said n’a pas du sang sur les mains. Oui, il a volé, mais qui ne vole en Algérie. Nous sommes un peuple de pilleurs et d’affamés

      • radjef said dit :

        Je n’ai jamais insulté quelqu’un dans ma vie. Même mes adversaires, je suis le premier à leur dire bonjour. Mais certains doivent comprendre que par leur ignorance et leur attitude reflètent magistralement le niveau de décadence auquel est parvenue l’école algérienne. Certains sont vraiment à plaindre, ils pensent qu’il suffit d’insulter, d’accuser ou de se faire passer pour du DRS qu’ils deviendraient les dépositaires du militantisme algérien. Quels bougres! Âtre militant nécessite beaucoup d’intelligence, de sacrifices et d’aptitudes morales et intellectuelles. Être militant c’est être une école…Les vrais militants, le DRS et les états majors politiques, tous les états majors politiques les connaissent. Et sur un accord tacite, on a fait d’eux cet incendie qui a été dévoré par sa propre fumée. Voila donc un papier qui s’adresse à la presse algérienne qui fait tout pour manipuler le peuple et je reçois des insultes à la hauteur de leurs personnages lugubres… Quand on est militant on lit, on se documente, on se forme et on essaye du mieux que l’on peut pour traduire et lire au peuple le cours des événements.

        • radjef said dit :

          Je ne peux pas répondre aux mulets…S’agissant d’Ait Ahmed, c’est un luxe non pas seulement pour le régime, mais beaucoup plus pour « Aklan ». Ils ont l’habitude de la muselière, sans elle ils ne se sentent dans leur peau

          • radjef said dit :

            De Takhoukht à Tizizi Ghennif, d’Alger à Bejaia en passant par Tamda Ouggamoun, d’Ait Yahia Moussa à Ait Mellal, les gens me connaissent et savent qui est Radjef Said. Vous, déclinez votre identité. Chiche! Soyez de vrais kabyles dignes de ce nom.

  3. Mohamed dit :

    Je déteste les Bouteflikas. Toutefois, je préfère voir Said à la présidence qu’un vieux dinosaure tel que Zeroual, Benflis, hamrouche, etc. Ces derniers ont tous eu leur chances maisn malheureusement, ils se sont tous occuper de leurs affaires et des affaires du pouvoir au lieu de s’occuper su citoyens lambda.
    De plus, avec Said ou autre personne non militairo-FLNO-RNDiste, le ^pouvoir militaire et notamment celui du DRS s’atteindra une fois pour toute. Ensuite, les choses ne pourront que s’améliorer même si c’est dans 20 ans. Au mois nos enfants ou petit enfants vivront dans la dignité et la libérté.

    • Amar Bouzouar dit :

      L’Algérie compte 37 millions d’âmes, il n ‘y a pas que Said B, Il y a quand même 500 000 braves algériens qui sont apte à gouverner le pays et le rendre CIVIL. Ne vous sous estimais pas. Al Djazair fiha Rijal.

      • radjef said dit :

        Je ne dis qu’il n’existe pas d’autres hommes et d’autres femmes, tous aussi sincères et compétents les uns que les autres, mais nous demandons à la presse de nous expliquer comment Said Bouteflika retient-il en otage le pays et de quels moyens dispose t-il pour faire si peur à tout le monde. En somme c’est un article de dérision qui s’adresse exclusivement à la presse.

      • Mohamed dit :

        Bien sure qu’ Al Djazair fiha Rijal. C’est dans ce sens qu’il faut faire barrage à l’armée afin qu’elle retourne aux casernes, et aux seniors pour que les jeunes prennent le relais.

  4. Moh dit :

    Adâmmi el-haj dalhaj moussa !

    Regardez les traîtres qui nous gouvernent :

    Bouteflika en 2002 : « L’Algérie est un département français …
    dzactiviste.info/bouteflika-en-2002-lalgerie-est-un-departement-francais/
    Il y a 7 heures – Par Lila HADDAD. romano-prodi-abdelaziz-bouteflika-algerie Je fus correspondante permanente de l’ENTV à Bruxelles entre 1999 et 2002.

    • ait arezki dit :

      je suis moi choqué par ces réglements de compte minables à l’encontre de SAID BOUTEFLIKA,moi c’était mon prof à l’université c’était une personne aimée de tous,trés compétent un syndicaliste hors paire,trés intelligent,stratége et trés simple comme personne,je vous invite à faire des interviews à l’USTHB pour qu’on vous donne la vraie imagee de SAID,autre que celle donneé par des officines bien connues….!

    • Je n’ai rien à voir avec l’écriture qui suit mon nom ci-dessus.
      Merci d’enlever mon nom de cette publication qui m’est attribuée ironiquement.

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>