DzActiviste.info Publié le jeu 13 Mar 2014

SAÏD BOUTEFLIKA ET LA KABYLIE: chantage sur le mouvement associatif (source Algérie express)

Partager

SAÏD BOUTEFLIKA ET LA KABYLIE: chantage sur le mouvement associatif (source Algérie express)

Le frère cadet du chef de l’Etat, Saïd Bouteflika, multiplie, ces jours derniers, ses virées dans la wilaya de Tizi-Ouzou où il se réunit avec les clientèles locales du clan. Des réunions consacrées, apprend-on de bonne source, à la manière de capter quelques expressions de soutien au 4ème mandat de Bouteflika. Cible visée: le segment associatif qui reste, dans sa majorité, réfractaire et opposé à l’élection. C’est donc avec Ould Ali lhadi, le bien nommé Ould Euros – qui cumule trois fonctions administratives, directeur de la culture de la wilaya, directeur de la maison de la culture et directeur du théâtre Kateb Yacine en su de la fonction permanente de directeur permanent du comité de campagne de bouteflika – que Saïd Bouteflika coordonne son plan d’action pour la Kabylie. Ould Ali se trouve, de fait, chargé d’approcher les associations activant au niveau de la wilaya pour les amener à se liguer derrière la candidature de Bouteflika ou, à tout le moins, à se démarquer du boycott auquel elles sont majoritairement acquises. Les associations qui ne sont pas à jour dans leurs dossiers administratifs sont particulièrement ciblées par ce qui n’est rien d’autre que du chantage: soutenir Bouteflika, faute de quoi elles se verraient refuser ou carrément retirer leurs agréments. D’autres part, dans les secteurs où agissent des segments associatifs hors de portée d’un tel chantage, il est retenu d’en faire des clones. La première éprouvette devrait accoucher d’une association parallèle à l’association des journalistes de la wilaya. Le noyau coopté pour ce faire a tenu ce mercredi sa première «assemblée générale», à laquelle n’ont pris part que 13 journalistes et correspondants mais qui a tout de même débouché sur l’installation d’un bureau. Les présents à cette réunion se recrutent parmi les journalistes militants ou proches des partis FLN, RND et MPA. Le rappel d'Ahmed Ouyahia aux côtés des Sidi Said, Sellal, Benyounes et Toumi complète la palette des spécimen "kabyles" par lesquels Bouteflika, plus machiavélique que jamais, compte faire assumer l'indicible.


Nombre de lectures: 247 Views
Embed This