DzActiviste.info Publié le ven 21 Juin 2013

Sarkozy-Kadhafi: un dignitaire révèle le circuit de l’argent noir

Partager

Sarkozyhttp://www.mediapart.fr/journal/international

21 JUIN 2013 | PAR FABRICE ARFI ET KARL LASKE
Le financement de Sarkozy par Kadhafi a laissé des traces, nécessairement. « Au sujet du financement de la campagne, une partie des fonds a transité par la North Africa Commercial Bank, à Beyrouth, et, à partir de là, vers un compte bancaire en Allemagne relié à Ziad ; d’autres montants ont été canalisés par l’entremise de comptes bancaires au Panama et en Suisse », révèle à Mediapart Mohammed Ismail, l’ancien directeur de cabinet de Saïf al-Islam Kadhafi.

L’ancien dignitaire, présenté en 2011 par le Guardian comme« une figure clé du régime » sous Kadhafidécrit pour la première fois le circuit bancaire utilisé par le régime libyen pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Il livre le nom de la banque point de départ de l’argent, la North Africa Commercial Bank (NACB), à Beyrouth, et affirme qu’un compte de l’intermédiaire Ziad Takieddine, en Allemagne, a été utilisé – « Ziad », dans son mail.

Mohamed IsmailMohamed Ismail

Actuellement dans la clandestinité, Mohammed Ismail a accepté via un intermédiaire français de rendre public ces éléments, envoyés dès mai 2012 par mail à Mediapart, compte tenu de l’ouverture, en avril dernier, d’une information judiciaire en France sur les financements libyens de Sarkozy (voir la Boîte noire). Il avait déjà transmis à Mediapart, il y a un an, la retranscription du premier échange téléphonique officiel entre Sarkozy et Kadhafi (voir ici), une fois le premier élu président de la République.

Le diplomate libyen Moftah Missouri, ancien traducteur personnel de Kadhafi, a révélé dans l’émission Complément d’enquête(France 2), diffusée ce 20 juin, avoir appris directement de Kadhafi que la Libye avait versé « une vingtaine de millions de dollars » à Nicolas Sarkozy à l’occasion de sa campagne de 2007. Tout en confirmant l’authenticité du document officiel libyen dévoilé par Mediapart, qui faisait état de l’intention de départ du régime de débloquer une somme de 50 millions d’euros en décembre 2006.

Se proposant de « fournir des éléments existants sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy », Ziad Takieddine, écroué le mois dernier, avait souligné devant des juges français en décembre 2012 : « La période importante s’écoule entre décembre 2006 et janvier 2007. » « Durant cette période, Bachir Saleh (ancien directeur de cabinet de Kadhafi – ndlr) est venu à plusieurs reprises voir M. Guéant au ministère de l’intérieur, quand il était directeur de cabinet du ministre, a-t-il précisé. Lors de ces rencontres, M. Guéant donnait à M. Saleh les indications bancaires nécessaires aux virements. »

Les circuits évoqués aujourd’hui par l’ex-directeur de cabinet de Saïf al-Islam Kadhafi ne sont pas surprenants : la NACB fait partie des établissements contrôlés par l’État libyen ; quant aux circuits bancaires utilisés par Ziad Takieddine en Allemagne, ils ont déjà été identifiés par les juges. L’intermédiaire a disposé de plusieurs comptes ouverts à la Deutsche Bank de Francfort, au nom d’au moins trois sociétés offshore, Tristar, Rossfield et Como. Deux de ces entités ont d’ailleurs encaissé, en 2007 et 2008, des sommes provenant de commissions occultes sur des marchés de sécurité en Libye, liées à la société française Amésys.

Le mail envoyé à Mediapart par Mohamed Ismail. Cliquez dessus pour l'agrandir.Le mail envoyé à Mediapart par Mohamed Ismail. Cliquez dessus pour l’agrandir.© dr

Dans son mail (voir dans l’onglet Prolonger sa traduction intégrale), Mohammed Ismail souligne aussi que « l’accord » pour libérer les infirmières bulgares en 2007 « impliquait l’achat par la Libye d’un réacteur nucléaire d’Areva, et l’approvisionnement de l’armée libyenne en missiles Milan ».

« Des fonds ont été transférés en Suisse »

Il assure également « qu’une des principales préoccupations de Sarkozy était de vendre l’avion de chasse Rafale (14) pour un montant dépassant les 2 milliards d’euros ». Ismail évoque aussi une demande des autorités libyennes visant à faire interpeller préventivement des opposants avant la visite de Kadhafi à Paris ; une demande transmise par « Ziad » (Takieddine) à « Claude » (Guéant), alors secrétaire général de l’Élysée.

Le schéma décrit par Mohammed Ismail recoupe en partie celui mentionné dans un rapport de renseignement établi par un correspondant de la DCRI, Jean-Charles Brisard, patron d’une société d’intelligence économique en Suisse.

Selon ce document intitulé « GEN/ NS V. MEMO DG »que nous avons révélé en mars 2012, concernant l’argent de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy («CAMP07 » de « NS ») le financement libyen incluait une société de Brice Hortefeux au Panama (« MONTAGE INCLUT SOC BH PAN + BANQUE SUISSE (ND) »), puis une banque suisse non déterminée.

MM. Hortefeux et Takieddine, en 2005MM. Hortefeux et Takieddine, en 2005© dr

S’appuyant sur les confidences du médecin personnel de Ziad Takieddine, l’agent de recherches privé Brisard signalait que les« modalités de financement de la campagne » de « NS » avaient été « réglées » lors des visites en Libye de Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux en 2005. Des visites préparées par Ziad Takieddine, comme en attestent ses notes remises à Claude Guéant, entre les mains de la justice.

Brisard évoquait aussi « plusieurs entretiens préalable » entre « ZT et Saïf al-Islam » ;  « ZT » apparaît comme étant « chargé du montage », en marge de ses « interventions » sur des contrats de sécurisation des communications des armées qu’il a effectivement gérés.

Selon les notes de Takieddine, Mohammed Ismail était effectivement l’un des acteurs clés des relations entre la France et la Libye de Kadhafi, entre 2005 et 2011. Le 3 septembre 2007, l’intermédiaire évoquait ainsi dans une note remise à Guéant, aujourd’hui entre les mains des juges, la création d’une société de vente d’armes franco-libyenne, appelée à être « sous le contrôle total de CG (pour Claude Guéant – ndlr) ».

D’après ce document, Kadhafi avait « désigné personnellement »Mohamed Ismail pour diriger cette société. « Il correspond à une volonté de faire en sorte, tout comme la France, de choisir un homme de confiance et de proximité pour pouvoir donner à cette société le rôle qui lui est dévolu », écrivait Ziad Takieddine au sujet de Mohamed Ismail. La société d’armement évoquée ne verra finalement pas le jour.

Le fait que Mohamed Ismail parle également d’un canal de financement occulte via la Suisse recoupe également les déclarations de l’ancien premier ministre libyen, Baghdadi Mahmoudi, devant la justice tunisienne, en octobre 2011. Devant la cour d’appel de Tunis, l’ancien chef du gouvernement, aujourd’hui emprisonné à Tripoli, avait déclaré avoir lui-même « supervisé le dossier du financement de la campagne de Sarkozy depuis Tripoli », précisant que « des fonds ont été transférés en Suisse ».  


Nombre de lectures: 288 Views
Embed This