DzActiviste.info Publié le lun 21 Jan 2013

SCOOP :Nous savons où sont les cinq ressortissants étrangers qui ont été portés disparus.

Partager

             
La conférence de presse du Premier Ministre algérien aura tenu ses promesses. Truffée de contre-vérités, pour rester dans la pure tradition algérienne. Elles ne se comptent pas, les nombreuses incohérences qui émaillent ce curieux compte-rendu, sur la tragédie qui a coûté soixante et onze victimes, si l’on tient compte des cinq étrangers qui ont été « portés disparus ».

La première remarque que nous ferons concerne le timing de la conférence de presse. Ce n’est pas pour rien qu’elle a coïncidé, à la minute près, avec l’investiture du Président américain. C’est là toute la malice de ce régime, de sa redoutable capacité à la subversion, dont il use en toute chose. Il a choisi cette journée, et cette heure précise, pour diluer la conférence de presse et le bilan tant attendu dans un évènement mondial. L’esbroufe et le brouillard. Kène ehna ou tar !

Le premier Ministre a dit aussi que l’assaut n’a été donné que parce que les ravisseurs s’apprêtaient à prendre la fuite, en emmenant leurs otages, vers le Mali. Il aurait pu dire qu’ils voulaient juste fuir. Sans préciser vers où. Le mieux est l’ennemi du bien. Avait-il besoin, le malheureux maladroit, de préciser qu’ils voulaient fuir vers le Mali ? A plus de 1000 km du lieu où ils se trouvaient, en plein Sahara, où à moins de se faire téléporter, ils n’auraient pas pu échapper à la vigilance des troupes qui les encerclaient, sans compter les hélicoptères, et même la surveillance américaine qui avait été déployée avant même l’arrivée du fameux drone. C’est les créditer d’une véritable baraka, ces supermen du terrorisme intersidéral, que de leur prêter une telle compétence. Penser qu’ils peuvent non seulement traverser un encerclement au maillage très serré, une surveillance technique inimaginable, mais qu’en plus ils allaient pouvoir fausser compagnie à une telle vigilance, et parcourir plus de 1000 bornes, en plein Sahara, en plein jour, pendant que tout le beau monde qui est censé les surveiller va faire semblant de regarder ailleurs.

Et ainsi, à croire qu’il faisait exprès de compromettre ses propres affirmations, en nous donnant des coups de coude, et en nous faisant de grosses œillades, le Premier Ministre algérien à semé une foule de contradictions outrancières qu’il faut vraiment ne pas vouloir voir. Le petit Poucet du DRS dans ses œuvres.

Ainsi, il affirme, avec une touchante ingénuité, le bon gros bisounours, que cinq ressortissants étrangers ont été portés disparus. Oui, oui, vous avez bien lu, et bien entendu. Portés disparus ! Dans un site fermé, encerclé par des centaines de soldats, examiné à la loupe par un drone, scruté par des équipements ultra-sophistiqués de vision nocturne. Pourtant, c’est bien ce qu’il nous dit. Qu’ils ont bel et bien disparu. Hop ! Volatilisés, désintégrés !

Pour ce qui nous concerne, nous confirmons qu’il ne nous ment pas, et qu’ils ont disparu, très séieusement. Et non seulement nous le confirmons, mais nous affirmons même que nous savons pourquoi ils ont disparu, qui les a fait disparaître, et pourquoi. Surtout pourquoi.
Nous attendrons un peu avant de donner la réponse. Le plus sérieusement du monde. A bientôt alors. Préparez vous à donner votre langue au chat.

DB


Nombre de lectures: 341 Views
Embed This