DzActiviste.info Publié le mer 12 Juin 2013

Sellal nous apporte lui-même la preuve qu’il est un menteur.

Partager
   

A l’issue de la visite qu’il a rendu au Président Bouteflika, à l’Hôpital militaire les « Invalides », Sella a fait la déclaration suivante:   »  Nous avons exposé au Président la situation générale qui prévaut dans le pays, tant au plan des activités gouvernementales, que sur la situation politique et sécuritaire. »
Cette déclaration sous-entend, par conséquent, que le Président n’était pas au courant de la situation générale qui prévaut dans le pays, ni de celle sécuritaire et politique. Or, si Monsieur Sellal, et le patron de l’armée ont fait au président un tel compte-rendu, qui a duré deux heures, si l’on en croit le même Monsieur Sellal, c’est que son état de santé, au cours de ces six dernières semaines, ne lui permettait pas de se tenir au courant.

Et c’est là où ça cloche. Parce qu’il n’y a pas longtemps, le même Sellal avait juré sur Dieu, dans une déclaration publique, que le Président était en « excellente santé » , qu’il suivait et gérait les affaires de l’Etat au jour le jour, qu’il donnait des instructions très détaillées sur la gestion publique et politique, et même qu’il avait demandé au Chef du Gouvernement de faire ses salutations à la population de Laghouat, et de lui dire que le « mardoud » lui manquait. C’est Sellal qui a affirmé cela, et plus encore. Il s’est même mis publiquement en colère, à Batna, reprochant aux gens de ne ne pas le croire lorsqu’il affirmait que le Président était en excellente santé. Et il a même posé la question de savoir si les gens le prenaient pour un menteur.

Donc, pour rester dans la logique de Sellal, et le prendre au mot, puisqu’il ne veut pas que nous le prenions pour un menteur, pourquoi avoir fait au Président un compte-rendu de deux heures, pour l’informer des affaires de l’Etat, alors qu’il les gère lui-même, au jour le jour, et même qu’il les dirige, puisqu’il donne des instructions très détaillées, sur tout ce qui concerne ses attributions ?

Est-ce que dire une chose et son contraire n’est pas mentir ? Après avoir solennellement juré sur Dieu ? Ce que personne ne lui avait demandé, au demeurant.

L’autre gros mensonge, que Sellal nous administre, de façon tout aussi magistrale, et qui montre qu’il prend vraiment les Algériens pour des demeurés, est qu’il nous affirme que le compte-rendu a duré deux heures.
Or, si la santé du Président lui permet de recevoir, deux heures durant, un rapport d’une si grande importance, sur une situation aussi grave, c’est qu’il est bien portant, et que son état ne nécessite pas qu’il soit gardé dans un hôpital militaire français, à un moment où le pays tout entier gronde, où les Institutions sont bloquées, où le président du Conseil Constitutionnel s’est volatilisé, où la rumeur enfle, où la rue menace d’exploser. Un malade qui peut se prêter à un tel exercice n’est donc pas malade. Pourquoi, dans ce cas ne fait-il pas la moindre apparition publique. Ce qui aurait désamorcé la crise que son absence a provoquée. Pourquoi, ce Président, qui prend connaissance des affaires de l’Etat, deux heures durant, et qui, en plus, donne des instructions très fouillées, et très techniques, sur la façon de les traiter, ne rentre-t-il tout simplement pas dans son pays ? Quand on est dans une telle forme, on ne se fait pas hospitaliser dans un hôpital militaire français. On ne s’y prélasse pas en toute quiétude, à un moment où le régime vacille sur ses fondements mêmes.

Force est de constater, par conséquent, et pour répondre à la question de Sellal, qu’il est réellement un fieffé menteur. En tout cas, il a tout fait pour nous le démontrer.

DB


Nombre de lectures: 702 Views
Embed This