DzActiviste.info Publié le ven 21 Juin 2013

sept quatrains de Omar Khayyam…

Partager
        

Ceux qui sont esclaves de l’intellect et des vaines subtilités,
Sont morts au milieu des querelles sur l’être et le non-être.
Va ! Toi le simple, choisis le jus de la grappe 
Car les ignorants , d’avoir mangé des raisins sec, sont devenus comme des raisins verts.



Je bois du vin, et l’on me dit, à droite et à gauche; 
 « Ne bois pas de vin, c’est l’ennemi de la religion !  » 
Quand j’ai su que le vin était l’ennemi de la religion, 
J’ai dit    » Par Allah ! Laissez-moi boire son sang, c’est un acte de piété.  » 


Le mystère doit rester voilé aux esprits vils
Et les secrets impénétrables aux fous.
Réfléchis à tes actes vis-à-vis des autres hommes; 
Il faut cacher nos espérances à toute l’humanité.


Puisque tu ignores ce que te réserve demain,
Efforce-toi d’être heureux aujourd’hui.
Prends une urne de vin, va t’asseoir au clair de lune,
Et bois, en te disant que la lune te cherchera peut-être vainement, demain.


En ce monde, contente-toi d’avoir peu d’amis.
Ne cherche pas à rendre durable la sympathie que tu peux éprouver pour quelqu’un.
Avant de prendre la main d’un homme,
Demande-toi si elle ne te frappera pas, un jour.


Qu’il est vil, ce cœur qui ne sait pas aimer,
Qui ne peut s’enivrer d’amour !
Si tu n’aimes pas, comment peux-tu apprécier
L’aveuglante lumière du soleil et la douce clarté de la lune ?


Nombre de lectures: 336 Views
Embed This