DzActiviste.info Publié le sam 19 Avr 2014

Séquelles de l’AVC et du… reste

Partager

 On chauffe les bendirs Youcef L’Asnami

 

Ca y est ! Les lampions se sont éteints sur cette présidentielle ! Sar ma sar ya Bou Galb! L’argument de la « garantie d’une stabilité » a fonctionné. Relayé par celui de la menace et de la peur.  Il n’ y a pas que l’AVC qui laisse des séquelles. Il y a aussi le traumatisme de tout un peuple.

Avant même la proclamation des résultats officiels, le principal rival de Bouteflika annonce une fraude « massive et généralisée », quand Louisa Hanoune reconnaît sa défaite et accepte le « choix du peuple ». Les autres partis ? Assommés. Ils réagiront balak une fois relevés de leur KO. On en est là ! L’Algérien se réveille ce vendredi matin, presque libéré de cette campagne électorale qui en a éreinté plus d’un ! Dimanche matin, les profs retrouveront leurs élèves, les pères de famille leur panier, les sans-logements leurs dossiers, les justiciables leurs avocats, les banques leurs clients, les voyageurs leurs arrêts… Peut-être même que l’Euro, dont le cours s’est envolé jusqu’à atteindre une valeur indécente, retrouvera son cours « normal » au Square Port Said.

Et maintenant ? Que va t-on devenir ? Que va faire le nouveau gouvernement avec toutes ces promesses faites dans toutes les wilayas par les représentants du Président sortant-entrant ? Personne n’est capable de faire le moindre pronostic. Et personne n’a noté toutes ces promesses faites aux citoyens. Faut-il espérer après 15 années de navigation à vue et de gaspillage honteux des deniers de l’Etat ? Nous retrouverons certainement les mêmes têtes au plus haut sommet de l’Etat. Les mêmes têtes et les mêmes discours creux. La vie continuera, « comme avant ».  Chez nous le changement c’est la continuité.  L’Algérien retrouvera son humour et sa dérision légendaires. Ceux qui lui ont permis de résister de façon pacifique à  toutes les épreuves qu’il a endurées. Et déjà, pour certains, il faut penser à consommer très vite les denrées alimentaires stockées, pendant la campagne électorale, en prévision des « troubles » annoncées par certains. Consommer vite avant qu’elles ne soient périmées. Et garder le moral et l’espoir qu’un jour viendra…

Youcef L’Asnami


Nombre de lectures: 154 Views
Embed This