DzActiviste.info Publié le dim 16 Mar 2014

SEULE LA VÉRITÉ FAIT PEUR

Partager

Le Bureau d’Oran de la LADDH a été informé que Mr Djillali Mehri, à la tête du groupe Mehri,
a fait intervenir son conseil en France pour demander le retrait de publications le concernant qu’il
considère comme litigeuses du journal électronique JCAlgérie (journalistes Citoyens d’Algérie) qui s’est
donné comme objectif et raison de vivre de porter la parole de ceux et de celles qui se battent pour leur
honneur et leur dignité.
Les publications portaient sur le conflit qui oppose la quarantaine de familles qui vivent, pour
certains depuis plus de cinquante ans, au sein de l’immeuble sis 11 Boulevard de la Soummam alors que
la courte Vidéo diffusée donnait la parole à quelques familles qui vivent dans des conditions dégradantes
et qui sont sous la menace d’expulsion.
La LADDH qui s’était solidarisé avec les familles toujours résidentes et celles qui ont été
expulsées par Mr Djillali Mehri dénonce cet acte qui est la preuve d’une fuite devant la réalité et qui a
pour but de taire et de cacher les vraies pratiques du Groupe Mehri. Si toutes les personnes qu’elles soient
physiques ou morales sont justiciables
vouloir imposer le silence de ceux qui gênent révèle un comportement de dictateur. Le Bureau de la
LADDH rappelle qu’une des résidentes a déjà déposé plainte contre X pour une agression qu’elle a subi
(on lui avait demandé de ne plus citer le nom de Mehri) et que l’enquête semble pour le moins piétiner.
Mr Mehri tente de se déclarer propriétaire de l’immeuble alors que la justice vient de le débouter
au sujet d’une plainte qu’il venait de déposer contre l’une des résidentes. Le Bureau de la LADDH a
appris que dans le dossier présenté à la justice figure un acte de propriétaire, sujet à caution, qui date de
2011. Cet élément nous permet de poser la question de savoir :
– COMMENT le groupe Mehri a-t-il pu expulser des familles il y a plusieurs années alors que le
seul acte, toujours sujet à caution répétons-le, date de 2011.
-COMMENT le Groupe Mehri a-t-il pu recevoir des crédits (sommes faramineuses) en
hypothéquant l’immeuble concerné en 1998 et 1999 (deux hypothèques),
– LA LOI ET LA REGLEMENTATION en Algérie permettent-elle à certains de se déclarer
propriétaire de biens, faire expulser des familles et hypothéquer le dit bien sans avoir d’acte de propriété.
Oran le 16-03-2014 P/Le Bureau d’Oran Kaddour CHOUICHA


Nombre de lectures: 223 Views
Embed This