DzActiviste.info Publié le mar 27 Mar 2012

Sit-in hier à Alger des photographes de presse

Partager

APRÈS LES VIOLENCES PERPÉTRÉES PAR LA POLICE CONTRE DES REPORTERS DE PRESSE.

Un sit-in a été observé, hier matin à 10 heures, face au ministère de la Communication, par les photographes de presse pour protester contre les violences commises par la police dimanche et lundi derniers contre les reporters de presse.

Exprimant leur vive protestation contre de pareils actes, ces photographes ont accroché leurs appareils sur les grilles du ministère en signe d’objection.

Alors qu’ils accomplissaient leur travail en couvrant le regroupement des anciens rappelés de l’armée, précise-t-on, une consoeur journaliste, Hanane Driss, du quotidien La Tribune des lecteurs, ainsi qu’un photographe de presse, au quotidien Waqt El Djazair, ont été passés à tabac par des policiers dépêchés sur les lieux pour empêcher la manifestation.

Suite à ces deux agressions, dont la presse nationale a fait largement état, en publiant des photos faisant apparaître les stigmates physiques notamment sur le visage de Hanane Driss, la cellule de communication et de presse de la Direction générale de la sécurité nationale (Dgsn) a informé dans un communiqué qu’«une enquête approfondie a été aussitôt diligentée pour faire la lumière sur les faits rapportés.»

«Les témoignages recueillis auprès des reporters agressés, reçus respectivement les 20 et 21 du mois en cours au siège de la Dgsn, ont permis aux enquêteurs d’identifier les agents de police auteurs de ces actes répréhensibles, lesquels ont été sanctionnés malgré le refus des victimes de déposer officiellement plainte.»

Le commissaire divisionnaire chargé de la communication au niveau de la Dgsn, Djilali Boudalia, venu sur place entouré d’officiers, a assuré les photographes protestataires que «leurs doléances seront transmises au général Abdelghani El Hamel, qui dirige la Dgsn afin que de tels actes ne se reproduisent plus.»

Pour la genèse de cet impair, ou rappellera que Mohamed Kadri, le photographe, a été molesté par des policiers qui lui ont confisqué son outil de travail. Hanane Driss a, de son côté, été passée à tabac et son visage est encore tuméfié au point où le médecin lui a prescrit un arrêt de travail de 7 jours.

Par Abdelkrim AMARNI – Mardi 27 Mars 2012
http://www.lexpressiondz.com


Nombre de lectures: 531 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>