DzActiviste.info Publié le sam 21 Sep 2013

SOUS LE PAVÉ SYRIEN, LA PLAGE RUSSE

Partager

SOUS LE PAVÉ SYRIEN, LA PLAGE RUSSE

La crise syrienne vient de prendre un tournant gravissime avec l'affaire de « l'attaque aux armes chimiques » perpétrée dans les faubourgs de Damas. Or, bien que l'origine des tirs n'ait été établie rigoureusement par personne, les dirigeants des pays occidentaux, comme un seul homme, ont pointé le coupable, le régime syrien, et ont commencé à montrer leurs muscles en promettant de châtier le barbare sans tarder. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres et les Obama, Cameron et Hollande ( à ce dernier, on devrait rappeler ce vers du Cid de Corneille : « Qu'espères-tu faire avec tant de faiblesse » ? et à son ministre des AE, L. Fabius : « Quels intérêts défends-tu avec tant de perspicacité ? Pas ceux de la France, en tout cas… ») ont dû en rabattre de leurs prétentions martiales.

Que s'est-il donc passé pour que les va-t-en guerre reculent si précipitamment ? On dit que les opinions publiques de ces pays, largement réfractaires à l'entrée dans un nouveau conflit, ont pesé de tout leur poids. Sans blague ! Et depuis quand ces gouvernements respectent-ils leur opinion publique ? La France a-t-elle respecté le non à la constitution européenne que le peuple a exprimé par référendum ? A-t-elle entendu et respecté l'opposition massive à la loi dite Taubira (sur le mariage gay) ? Les USA ont-ils entendu les millions de voix qui s'élèvent sur leur sol et dans le monde pour exiger la vérité sur le 11 septembre 2001 ? Et leurs cousins anglais ont-ils respecté une opinion publique massivement hostile à la guerre d'agression contre l'Irak ?

On nous dit, par ailleurs, que la Russie a voulu sauver la face à Obama en lui proposant le troc suivant : destruction de l'arsenal chimique syrien contre le renoncement aux bombardements. Si c'était vrai, comment expliquer le fait que le même Obama, durant la réunion du G20 à Saint-Pétersbourg, ait insulté Poutine en termes orduriers, en séance plénière, devant tout le monde, le traitant -paraît-il- d'âne qui n'aurait rien compris à rien ?

La réponse à notre question sur la reculade des candidats à l'agression serait plutôt à rechercher dans le voyage insolite qu'a effectué le prince Bandar Ibn Soltane -celui que les diplomates arabes surnomment Bandar-Bush- en Russie, début août 2013. Bandar-Bush est le chef des services spéciaux saoudiens, coolie des néocons américano-sionistes et âme damnée de la tribu elle-même damnée des Al Saoud. Reçu par Poutine soi-même, il lui a proposé un marché : en échange du lâchage de la Syrie par la Russie, l'Arabie saoudite s'engage à ouvrir à cette dernière ses champs pétrolifères, à lui passer des commandes d'armements considérables et à garantir l'accès à la Méditerranée de la flotte russe. Bandar-Bush a ajouté -c'est dire l'arrogance du personnage- que son pays garantirait qu'il n'y aurait pas d'attentats terroristes à Sotchi (durant les prochains Jeux olympiques) ! À quoi Poutine aurait répondu qu'il y avait longtemps qu'il savait, lui, que derrière le terrorisme islamiste, en particulier tchétchène, se tenait l'Arabie saoudite.

La réponse de Poutine au chantage de Bandar-Bush a été lapidaire : si les Américains bombardent notre allié (la Syrie), nous bombarderons leur allié, c'est-à-dire vous. Bandar-Bush est rentré chez lui porteur de la bonne nouvelle à ses maîtres yankees. Gageons que ni lui ni eux ne s'attendaient à cette menace de riposte symétrique : on dit les yankees joueurs de poker -jeu basé sur le mensonge ; les Russes sont plutôt des joueurs d'échecs -jeu basé sur l'intelligence stratégique.

Ce retour tonitruant de la Russie dans le jeu géostratégique mondial s'explique par plusieurs facteurs dont il faut extraire un qui est capital : ce qui est en jeu derrière les manœuvres américano-sionistes, c'est la survie de la nation russe en tant que telle. Depuis l'implosion de l'URSS et l'effondrement du soi-disant camp socialiste, la Russie se voyait encerclée par des pactes agressifs suscités par les USA au sein desquels des nains -Tchéquie, Georgie, Pologne- se croyaient devenus, subitement, des colosses ; elle voyait son ventre mou -le flanc caucasien- menacé de dépeçage ; elle voyait également et surtout la puissance yankee devenir folle, au point de programmer la destruction des « puissances moyennes » nommément citées : Yougoslavie, Irak, Syrie, Iran, Algérie, Corée du nord. Saisi par l'hubris, l'empire yankee croyait pouvoir remodeler le monde à sa façon, c'est-à-dire en faisant disparaître les nations au profit d'états fédéraux sans épine dorsale (c'est ce qu'il avait fait avec l'Allemagne en 1949). À quand notre tour ? ont du se dire les patriotes russes. Alors, de même qu'en juin 1941, lorsque les Allemands avaient envahi l'URSS, Staline avait largué la rhétorique communiste pour en appeler aux mânes de la Russie éternelle, Poutine fait de même : réconciliation avec l'Église orthodoxe et retour à l'identité slave de la Russie.

Cela dit, le danger qui menace profondément la Russie ne réside pas dans une agression armée contre elle -qui serait assez fou pour s'attaquer à ce peuple si immense par son abnégation et son courage ? Certainement pas les yankees qui ne sont plus capables que de mener des guerres de lâches, par drones ou missiles Tomahawk interposés, tirés à des centaines de km de leurs cibles ; et puis, le cinéaste Stanley Kubrick avait montré dans son magistral film « Full metal jacket » qu'une frêle jeune fille combattante du FNL pouvait mettre en échec les terrifiants G.I.'s, tout droit sortis de la machine à fabriquer les surhommes.

Ce danger il réside bien plus dans l'action souterraine des milieux pro-occidentaux et pro-sionistes tapis au sein des institutions russes. Le politologue russe Alexandre Douguine le dit bien : selon lui, Poutine est isolé dans les appareils dirigeants russes. Le travail délétère des oligarques -dont la majorité est issue des ex-Komsomol ainsi que du KGB- qui ont un pied en Russie et l'autre en Occident et qui possèdent, de plus, la nationalité israélienne pour nombre d'entre eux, a fait son office : le mode de vie occidental est de plus en plus attractif pour des millions de Russes qui ne voient que l'aspect extérieur de la réussite insolente de ces nababs ; peu d'entre eux veulent se souvenir qu'elle est le résultat d'un hold-up historique.

La diabolisation de Poutine, les insultes du NDS Obama, celles du sénateur John Mc Cain -combien de tonnes de bombes au napalm ou contenant de l'agent orange, cet ex-aviateur a-t-il lancées sur le Viet-Nam ?-, les campagnes des laquais stipendiés des medias main stream ont le même objectif : discréditer le président russe pour ouvrir la voie du Kremlin aux valets des américano-sionistes.

Car l'alliance américano-sioniste a une substance : celle de la concordance de deux projets de domination mondiale qui passent par une même stratégie, celle de la déconstruction des états nationaux par la force ou par la ruse.


Nombre de lectures: 245 Views
Embed This