DzActiviste.info Publié le mer 16 Jan 2013

Syndicat de Naftal, à Oran “Nous lutterons jusqu’à la mort”

Partager

Sid-Ali Beldjerdi, SG du syndicat de Naftal, à Oran
“Nous lutterons jusqu’à la mort”

Le projet de Sonatrach est une menace pour l’existence de Naftal, selon ce responsable syndical qui s’exprimait hier lors d’un rassemblement régional à Oran.

Sid-Ali Beldjerdi“Nous lutterons contre ce projet jusqu’à la mort ; nous n’avons encore rien décidé de radical pour laisser aux initiateurs de cette situation le temps de revoir leur copie. Si l’on ignore les 30 000 travailleurs de Natfal, nous risquons de durcir notre démarche à la lumière des rencontres de sensibilisation et de mobilisation que nous organisons à travers le pays”. Le secrétaire général du syndicat national Naftal, Sid-Ali Beldjerdi, avait toutes les raisons de s’inquiéter, mardi, à Oran, lors d’un autre regroupement régional des cadres régionaux de l’Ouest, le second après celui de Annaba. Pour lui, la goutte qui a fait déborder le vase est causée par l’entreprise mère.

“La question qui se pose est la suivante : a-t-on idée que c’est Sonatrach même qui finance sa propre concurrence ?” Laissant entendre qu’“une tentative de s’approprier Naftal se prépare dans l’opacité”, le SG du syndicat Naftal a fini par lâcher : “Sonatrach doit aider sa filiale Naftal (et) nous sommes en droit d’exiger des explications dès lors que notre entreprise est 100% Sonatrach. Naftal est menacée dans son propre terrain par Sonatrach qui compte réaliser son propre réseau de stations-services et assurer sa gestion. Est-ce dans l’optique de concurrencer sa propre entreprise qu’est Naftal ?” “Mais qui a décidé d’une telle action ?” “Nous avons rencontré le P-DG de Sonatrach qui nous a affirmé que cela venait d’en haut, sans préciser sa pensée”, a déclaré Sid-Ali Beldjerdi. Une raison de plus qui éveille ses doutes, affirmant que “nous sommes en droit d’émettre tous les doutes concernant cette situation en parallèle”. En mettant à nu cette situation, le responsable syndical semble prendre à témoin l’opinion publique et les décideurs. Même si pour le moment aucune décision n’est “tombée d’en haut”, Sid-Ali Beldjerdi semble redouter “les injonctions illégales”.

Invité à donner plus de détails, notre interlocuteur préfère parler du “problème” qui réside dans l’indisponibilité du produit. “Pourquoi l’Algérie, grand pays producteur d’hydrocarbures continue à importer des produits raffinés ?”, s’est encore interrogé l’intervenant. Il soulignera aussi “certaines fuites” qui commencent à apparaître çà et là. “Nous sommes dans notre droit de demander des clarifications sur les appels d’offres qui ont été lancés par Sanatrach dans la perspective de réaliser ses rampes de chargement et bénéficier de la crème de la péréquation de Naftal”, assène-t-il. Pour lui, le problème n’est pas dans les stations-services “mais dans le secteur qui n’a pas investi dans le raffinage”. “Quatre ou cinq raffineries verront le jour dans quelques années alors que dès 1986, Naftal a été amputée de son importante structure de raffinage au motif qu’il s’agissait d’une restructuration du secteur après celle qu’a connue Sonatrach en 1982 comme il a été stipulé par le décret n°80-101 du 6 avril 1980”, a encore martelé le secrétaire général du syndicat de Naftal.

Selon lui, les soubresauts de “la mise à mort” de Naftal ont été palpables depuis quelques années déjà. “Naftal réclamait depuis plus de quatre ans la réalisation des stations-services sur l’axe de l’autoroute Est-Ouest sans résultat”. Et d’ajouter : “Est-ce que Naftal manque d’ingéniosité pour construire ses propres stations-services ?” Restant évasif sur “les forces occultes qui veulent s’emparer de cette situation”, Sid-Ali Beldjerdi a averti que par “les lois de la République, nous comptons aller loin, très loin même pour faire entendre notre voix”.

Par : REGUIEG-ISSAAD. K.
In Le quotidien Liberte du 16/01/2013


Nombre de lectures: 3576 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>