DzActiviste.info Publié le mer 6 Nov 2013

Totems et tabous

Partager

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

FLN3El Watan le 06.11.13

Trop riche pour être honnête, trop peu instruit pour être crédible et au passé trop loufoque pour représenter le futur, Amar Saadani est certainement l’homme de l’année. Avec sa tête de totem, son front plissé de secrets et son costume en aluminium, il est le symbole d’une nation qui a perdu assez de valeurs pour placer au sommet du premier parti un milliardaire anciennement drabki de mariages. Mais quoi qu’on en dise, Saadani aura dit tout haut ce que tout le monde pense au café, à propos de la fonction du DRS et son inquiétante influence sur tous les rouages de l’Etat et de la société, en replaçant ce département à son niveau, un simple service de l’armée. Le DRS n’a pas à gérer la publicité pour faire pression sur les journaux, n’a rien à faire dans les APC, les comités d’entreprise, les cours de justice, les associations et les administrations.

Saadani redevient du coup sympathique quand tout le monde se met à lui tomber dessus, comme ces 70 membres du comité central du FLN qui ont décidé d’oublier momentanément la cantine du parti pour rejoindre subitement le front anti-Saadani dirigé par Belayat. Parce qu’il s’attaquerait aux institutions de l’Etat, le DRS en l’occurrence, Saadani deviendrait inélégant, irrespectueux et serait sorti de la ligne du parti, ligne qui consiste géométriquement à épouser le dos du Président pour s’accrocher au tiroir-caisse. Qui pourrait regretter la mainmise du DRS sur la justice, la presse, la politique et l’économie ? A part le DRS et ses employés, personne, en réalité. Saadani a donc le mérite de le dire, assurant ne faire qu’expliquer la nouvelle stratégie du Président. Mais de là à croire que le président Bouteflika s’est réveillé après 14 ans de coma pour laisser un Etat de droit tout propre à son successeur, c’est aussi gros que de faire croire que si l’Algérie est politiquement congelée, c’est la faute au dérèglement climatique.

Chawki Amari


Nombre de lectures: 173 Views
Embed This