DzActiviste.info Publié le mer 16 Avr 2014

Transition ou coup d’Etat?

Partager
Publié par Saoudi Abdelaziz

http://www.algerieinfos-saoudi.com/

Le général à la retraite Hocine Benhadid  préconisait au début du mois dans El Watan,   »une transition à marche forcé ». Qui va diriger la manœuvre? Ancien officier supérieur du DRS, Chafik Mesbah monte au front de cette fausse transition, qui semble désigner un vrai coup d’Etat.

 

On se souvient qu’en juin 2013, au forum du quotidien Liberté, (Lire: Le général toufik à la tête d’une perestroïka algérienne? ) Chafik Mesbah avait proposé que le général Toufik joue le rôle de Youri Andropov, ancien patron du KGB qui fut à l’origine de la fameuse “perestroïka” qui avait ouvert la voie au démantèlement du système soviétique . Lundi dernier, sur le même Forum, l’ancien officier du DRS rectifie le tir : « Le général Toufik, à mon avis, n’a pas la dimension de Iouri Andropov (…) c’est l’ancien président Liamine Zeroual qui est l’homme de la situation ». (compte rendu de Maghreb Emergent).

Pour Mesbah, Il semble superflu de mentionner qu’Andropov était chef de l’Etat, lorsqu’il avait engagé le processus. Ce qui n’est le cas ni pour Toufik ni pour Zeroual.

 

Dans les colonnes du journal El Watan, Omar Aktouf« professeur titulaire à HEC Montréal » semble suivre les pas du général Benhadid. Il invoque « le salut public » pour« tout effacer et reprendre à zéro », expliquant que « seule l’amputation rapide et à vif peut venir à bout de la gangrène ». Il précise le moyen d’action :   »Il faut absolument que l’unique institution qui en est capable, notre armée, «stoppe tout» immédiatement et convoque en urgence une Assemblée constituante en règle ».

« Une fausse bonne idée », réagit ce matin l’éditorialiste K. Selim dans Le Quotidien d’Oran. Il note d’emblée : « Les appels au consensus et à une transition ont, au plan des idées, supplanté les polémiques de la campagne électorale. Il s’agit donc de faire jouer à la politique son rôle qui consiste à trouver les solutions les moins coûteuses, celles qui préservent au mieux les intérêts de la nation ».

EXTRAITS:

« L’appel au consensus n’est donc pas une proposition «d’arrangement» entre appareils, clans ou groupes. C’est un appel à un nouveau contrat social et il doit se faire avec les Algériens, sans exclusive. L’armée, nécessairement, est partie de ce contrat social. Mais il faut avant tout veiller à poser un diagnostic correct. Quand Omar Aktouf appelle «l’armée à tout stopper» et à mettre en «place un «intègre» gouvernement de salut public», il prend bien l’effet pour la cause. L’armée, avec des risques qui se sont amplifiés avec le temps, a fait le gouvernement pendant des années pour lui déléguer le pouvoir sans la responsabilité qui l’accompagne.
Ce qu’il faut modifier est bien ce principe de «cooptation» qui évite la reddition de comptes devant les citoyens. Et dont le bilan est, en définitive, imputé à l’armée. Ce nouvel appel à une forme de «despotisme éclairé» – même temporaire – de l’armée qui coopterait des «compétences» fait partie des vieilles lunes qui reviennent régulièrement au firmament des idées reçues. On souhaite une transition à la tunisienne mais sans le peuple et sans les forces politiques, qui sont tout simplement niés. Dans le cas de l’Algérie – où la population est mise sur la touche depuis cinquante ans -, cela équivaut tout simplement à un renouvellement du statuquo. L’armée se chargeant de «choisir» les «bons» technocrates qui, par on ne sait quelle magie, feraient mieux que leurs prédécesseurs. Ainsi l’armée offrirait un chaperonnage politique à un «nouveau personnel» technique éventuellement puisé dans la diaspora, résolvant quasiment ainsi la quadrature du cercle politique ». 


Nombre de lectures: 131 Views
Embed This