DzActiviste.info Publié le sam 5 Mai 2012

Un forgeron et le 8 mai 1945

Partager

Un forgeron et le 8 mai 1945

Par Hamou AMIROUCHE
Un forgeron et le 8 mai 1945« L’indépendance ne se donne pas, elle s’arrache »,ne cessait de répéter mon père, forgeron de profession, militant nationaliste de l’Etoile nord-africaine, puis du PPA-MTLD, quelques jours avant l’insurrection du 8 mai 1945.
Il tenait en main un fusil de guerre, le caressait amoureusement, le démontait, le graissait et le remontait l’espace d’un éclair.
Le 11 mai 1945, un peloton de soldats français et de Tabors marocains firent irruption dans notre demeure à Tazmalt, découvrirent l’arme et se mirent à le battre avec une sauvagerie inouïe. Ma mère, mes frères et moi, témoins forcés et impuissants, ne pouvions leur opposer que nos larmes.

Lire la suite…


Article original rédigé par aziz3d et publié sur Guerre d’Algérie
Reproduction interdite sans autorisation


Nombre de lectures: 359 Views
Embed This