DzActiviste.info Publié le dim 16 Juin 2013

Un homme dépossédé de tous ses biens après avoir été déclaré mort a Oran Ou comment poser devant sa propre… tombe !

Partager

La mafia du foncier continue de faire «sa loi» en toute impunité. En effet, un vieil homme de Maghnia a été victime d’un scénario kafkaïen orchestré par cette même mafia qui ne lésine pas sur les moyens pour arriver à ses fins. Propriétaire de plusieurs lots de terrain qu’il a hérités de son père et de son grand-père, cet octogénaire déclaré mort a été dépossédé de tous ses biens. Cloué au lit à cause d’une paralysie des membres inférieurs il ne cesse de clamer haut et fort qu’il est toujours en vie, victime d’un plan machiavélique fomenté par des membres de sa famille lointaine auquel sa naïveté et celle de ces deux fils n’ont pas pu faire face.  Aujourd’hui, cette famille aux revenus très modestes ne sait plus à quel saint se vouer.  Elle tente depuis plusieurs années de rétablir une vérité qui saute aux yeux sans toutefois y parvenir faute de moyens lui permettant de faire tomber les auteurs de cette machination diabolique. Par ailleurs, le calvaire de Mohamed Benabdellah a commencé durant le mois d’août 1999 lorsqu’il a été déclaré mort par un membre de sa famille, à la tête de ce plan ayant pour but de le déposséder de tous ses biens, à commencer par une grande parcelle de terre vendue à plus d’un milliards de centimes juste après que sa mort ait été déclarée.  Après avoir découvert ce plan machiavélique, le fils de Mohamed a déposé une plainte en 2004 et une autre le 24 mars 2013 contre le membre de leur famille ayant déclaré le décès de son père. Dès lors, la famille Benabdellah entreprend des recherches pour essayer de découvrir les contours de cette affaire. Des recherches qui la mèneront jusqu’au siège de la direction des pompes funèbres d’Oran où une copie de la fiche d’inhumation de leur père leur a été délivrée. Ils ont également été tenus au courant de l’identité du déclarant du décès, le nom du médecin ayant constaté le décès ainsi que l’emplacement de la tombe où repose la dépouille mortelle du soi-disant défunt. Ébahis et subjugués par de telles révélations, les membres de la famille se rendent directement au cimetière de Aïn Beida pour découvrir l’endroit de la tombe de leur père.  Toujours sous le choc, les fils de Mohamed n’ayant toujours pas réalisé ce qu’ils venaient de voir ont pris plusieurs photos de leur père devant sa propre tombe. Contacté par nos soins, l’un des fils de la victime a été catégorique. Selon lui, son père a été victime de la mafia du foncier qui a profité d’une grande complicité pour le déposséder de tous ses biens. «Déclaré mort, mon père ne perçoit même plus sa pension de retraite», a-t-il indiqué avec consternation.
Désabusée et surtout impuissante face à la puissance de cette mafia du foncier, la famille Benabdellah demande l’implication des autorités concernées pour qu’une enquête soit diligentée afin de mettre fin à son calvaire qui dure depuis plusieurs années.
En attendant, le fils de la victime, en l’occurrence Abdelwahab compte engager un avocat pour faire toute la lumière sur cette étrange affaire qui est loin de livrer tous ses secrets.

Younes Guiz Le Courrier


Nombre de lectures: 330 Views
Embed This