DzActiviste.info Publié le mar 30 Avr 2013

Un mouvement social pour une justice sociale

Partager

Les travailleurs Algériens dans leur globalité souhaitent légitimement, la reconnaissance  de leur travail, l’application du Droit du Travail, et le partage des richesses, un point qui demeure au bon vouloir de l’Etat.  Le Collectif national pour les libertés citoyennes  (CNLC) exprime son soutien aux luttes et différentes manifestations de dénonciation et de protestation envisagées par les travailleurs, et syndiqués de différents secteurs, et leurs syndicats dans les prochains jours, dans les mois et les années à venir, car il s’avère réaliste de croire que ces luttes prendront des années..
Le CNLC  estime que face à l’ampleur des problèmes qui affectent notre système économique et social,  la politique économique apparaît comme une entreprise de résignation et d’anéantissement des richesses et du patrimoine. Ce mouvement social constitue une réaction salutaire des forces du travail créatrices de richesses.
Sans débat national transparent dans les institutions et avec la société, sans solidarité consciente, dans l’esprit de chaque algérien,  sans bilan contradictoire des entreprises et des politiques économiques mises en œuvre sous divers gouvernements, se contentant de chiffres fantaisistes  régis par les  fait du Prince, des politiques qui permettent aux fortunes acquises par la prédation formelle,  et l’informel prédateur de se recycler au détriment des intérêts  des larges couches populaires qui ne voient plus d’issue  a leur calvaire.
Les travailleurs ne veulent plus assister, impuissants, devant ce spectacle lamentable de scandales financiers et des projets de cirque présidentiel, au bradage de leur outil de travail mis constamment en danger comme moyen de chantage, de leurs conditions de travail qui continuent à se dégrader, de la descente aux enfers sans précédent de leurs conditions de vie et de celles des millions d’Algériens. Par ce mouvement, les travailleurs montrent leur attachement patriotique à l’intérêt de leurs entreprises qu’ils souhaitent rendre plus compétitives par une gestion rigoureuse moderne et efficace qui servira  l’intérêt national, et qui doit se traduire par l’accumulation du capital national. Tel est le noyau de vérité de ce mouvement, bien au delà des débats d’école  stériles sur sa nature, et des recettes techniques.
Les travailleurs doivent, pour gagner toujours plus en respect et en considération, poursuivre leur mouvement sous différentes formes, et pour cela renforcer les organisations patriotiques et démocratiques du pays, au plan syndical comme au plan politique, contribuer à en faire des formations vivantes en favorisant l’unité d’action et en contribuant au rassemblement des forces vives attachées à une Algérie de progrès et de justice sociale. Ils  doivent aussi se mobiliser pour assurer plus de transparence dans le monde syndical, développer à la fois le pluralisme et l’unité syndicale et surtout assurer l’autonomie de leur représentation par rapport au système. C’est en accroissant leur réflexion, leur organisation et leur combativité que les travailleurs feront face aux graves remises en causes de leurs acquis  et établiront de nouvelles conquêtes socio-économiques.

Farès Kader Affak, membre du CNLC


Nombre de lectures: 278 Views
Embed This