DzActiviste.info Publié le sam 21 Sep 2013

Une Algérie coincée entre la dictature militaire et la dictature du conservatisme

Partager

L'Algérien à travers les annéesAhmed AMOKRANE

« ربوا أبناءكم لجيلهم فإنهم خُلِقوا لجيل غير جيلكم »

علي بن أبي طالب رضي الله عنه
« Eduquer vos enfants selon les besoins de leur génération, ils sont nés pour une génération qui n’est pas la votre  »
Ali ibn abi Taleb(R.A)

« Un Etat qui n’a pas les moyens d’effectuer des changements, n’a pas les moyens de se préserver »

Edmond Burke

Le monde musulman dans son ensemble, n’a connu ni le mouvement humaniste européen du 15e siècle, ni la pensée des lumières du 17e siècle, ni la révolution industrielle du 19e siècle, ni la révolution informatique du 20e siècle .
Confondant religion et tradition et ayant opté pour un conservatisme culturel marqué par la volonté de préserver des pratiques faisant partie d’un héritage qu’on a estimé indiscutable depuis des siècles, le monde musulman se retrouve face à un sous développement dévastateur et une instabilité meurtrière. En effet, alors que dans le cadre de l’humanisme européen, l’homme est devenu dès le 15e siècle le centre de toutes les préoccupations et projets de développement, nos sociétés musulmanes, continuent de nos jours à ignorer l’individu, sacrifiant ainsi son éducation et sa formation.
Au fait, au sein de nos sociétés conservatrices, héritières d’un mode de vie tribal, l’individu n’existe qu’en sa qualité de membre d’une famille ou d’un clan. Ce mode de fonctionnement a d’un côté ses avantages, dans la mesure où le groupe assure à l’individu une certaine sécurité par les soutiens que peuvent apporter les membres du clan les uns aux autres. Cependant, en se diluant au sein du groupe, l’individu fini par se débarrasser progressivement de la moindre responsabilité par rapport à ses actes. C’est ainsi qu’à défaut d’un projet de modernité, nos sociétés conservatrices se retrouvent peuplées en grande partie d’individus irresponsables.
Force est de constater, que ne connaissant ni leurs devoirs ni leurs droits, les individus finissent par se priver d’un véritable statut de citoyen, se transformant ainsi en de véritables esclaves dans leur propre pays.
C’est ainsi, que nos sociétés conservatrices se sont imposées un ordre social qui est vécu comme une dictature dans la mesure où la volonté humaine ou le moindre projet de réforme, sont considérés comme une atteinte à  » l’héritage sacré » . En adoptant la tradition comme seule source de bon sens et de salut, nos sociétés ont fini par bloquer le moindre projet de modernité.
Déboussolées, nos sociétés se retrouvent dominées par une double dictature. D’un côté, nous subissons la domination des régimes militaires qui ont transformés nos pays en de vastes prisons, de l’autre nous sombrons sous les effets des blocages liés aux interdits que nous nous sommes imposés dans le cadre de la dictature du conservatisme.
Il convient de noter que la dictature militaire et celle liée au conservatisme ont certains caractères communs. L’une et l’autre, sont allergiques au changement et ont pour objectif le statu quo. Les deux dictatures, bloquent l’émancipation du peuple algérien. Cependant, il existe une certaine différence dans la mesure où la dictature militaire infantilise tout le peuple, alors que la dictature du conservatisme se contente d’infantiliser la femme.
Par ailleurs, les deux dictatures s’entretiennent et ne peuvent exister l’une sans l’autre. En effet, des citoyens ne peuvent libérer leur peuple de la dictature militaire, que s’ils sont eux mêmes libres. Or, le conservatisme qui caractérise nos sociétés, fait de nous tous des prisonniers de nos propres conceptions qui restent archaïques malgré qu’on les a pour des raisons de crédibilité enveloppées de considérations faussement religieuses ou d’apparences nationalistes. Sachant que l’islam et le nationalisme, sont utilisés à tort pour justifier le conservatisme, toute tentative de se débarrasser de la dictature militaire dans ces cas, se solde d’un échec car un prisonnier ne peut pas libérer un autre prisonnier !
Dans l’autre sens, il est acquis que seul un projet de modernité finirait par mettre fin à la dictature du conservatisme, or nos dictatures militaires, n’ont ni les moyens intellectuels, ni la volonté politique ni aucun intérêt à moderniser leurs esclaves !
Ce double blocage, explique l’interdépendance des deux dictatures et nous renseigne sur l’origine du
statu quo.

Au fait, les deux dictatures mènent un véritable combat contre la liberté et le modernisme. La dictature militaire s’est distinguée dès 1957 en mettant fin aux jours d’un réformateur comme Abane Ramdane et en bradant dès 1962,la carrière politique d’un moderniste comme Farhat Abbas . Cependant, pour enfoncer le clou, la dictature du conservatisme, a marginalisé la pensée de Malak Bennabi tout en rejetant celle de Mohamed Arkoun . L’une et l’autre, continuent à s’opposer aux modernistes en les empêchant de s’exprimer. Une chose est certaine, on n’empêchera jamais le soleil de briller et ce quels que soient les stratagèmes adoptés !


Nombre de lectures: 332 Views
Embed This