DzActiviste.info Publié le sam 10 Déc 2011

Une des principales résolutions du congrès suisse au conseil fédéral

Partager

Une des principales résolutions du congrès suisse au conseil fédéral
Empêcher le dépôt de fonds des dirigeants algériens dans les banques suisses
Par : Malika Ben

Après maintes interpellations et rapports dénonçant le non-respect des libertés et autres droits syndicaux en Algérie, le Syndicat suisse des services publics (SSP) a décidé de passer à la vitesse supérieure et hausser le ton envers son propre conseil fédéral (gouvernement) pour lutter contre la violation des libertés syndicales en Algérie.
“Le congrès du SSP exige du conseil fédéral de la Suisse et notamment du département des Affaires étrangères, du département fédéral de la Justice et la police qu’ils interviennent auprès des autorités algériennes pour le respect des droits syndicaux et des droits humains en général, veillent à empêcher le dépôt de fonds de dirigeants algériens dans les banques suisses ou qu’ils fassent en sorte de pouvoir bloquer ces fonds”. C’est là l’une des principales résolutions du congrès national du SSP (un syndicat qui regroupe les salariés accomplissant des tâches d’intérêt public. Il est présent dans toute la Suisse et compte 35 000 membres) tenu les 4 et 5 novembre dernier. Une résolution, dont le président Bouteflika a été informé via une correspondance officielle du SSP en date du 28 novembre 2011. Une copie du document signé par le SG du SSP, Stefan Giger, a été envoyée également à l’ambassade d’Algérie à Berne, à la présidente de la Confédération, Micheline Calmy Rey, à Berne ainsi qu’au ministère algérien des AE. En fait, c’est en guise de soutien et de solidarité avec le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) que le syndicat suisse a saisi le président Bouteflika.
Le congrès du Syndicat suisse des services publics (SSP) fait part de ses inquiétudes quant à la restriction de la liberté syndicale en Algérie. Le SG du SSP fera remarquer que “les tentatives d’intimidations massives envers le Snapap se sont intensifiées ces derniers temps, culminant dans une tentative d’attentat et des menaces de mort proférées contre le président du Snapap Rachid Malaoui”. Pour le SSP, c’est le fait que le Snapap “joue un rôle central dans les mouvements de protestation sociale actuels et dans la revendication de la démocratie” qu’il est exposé aux intimidations. Et de poursuivre : “Au vu des soulèvements populaires dans les États voisins, le gouvernement algérien veut empêcher de tels changements par tous les moyens.”
Par conséquent, le congrès “exige du gouvernement algérien qu’il veille à mettre un terme aux entraves, menaces et intimidations des syndicalistes, d’ouvrir une enquête sur les attentats contre le président du Snapap, d’arrêter toutes les mesures judiciaires à l’encontre des syndicalistes et de faire appliquer et de garantir les libertés syndicales et le respect des droits humains dans le pays”.
MALIKA BEN


Nombre de lectures: 488 Views
Embed This