DzActiviste.info Publié le lun 10 Sep 2012

Une réalisation bâclée et des malfaçons partout sur l’autoroute Est‑Ouest

Partager

TSA Ali Idir 10/09/2012

Réfection du tronçon autoroutier Lakhdaria‑Djebahia

Ouvert entièrement à la circulation à la fin des années 2000, le tronçon de l’autoroute Est‑Ouest, entre la sortie du tunnel de Djebahia et Lakhdaria, sur 31 km, sera réparé en raison de la dégradation avancée de la chaussée. L’annonce a été faite hier dimanche dans la soirée par l’Agence nationale des autoroutes (ANA). Les travaux, ont été confiés de gré à gré, à un groupement de trois entreprises nationales, ETRHB, EPTRC et Cosider. Le suivi sera assuré par SNC Lavalin.
La réparation durera plusieurs mois et aura lieu sans la fermeture de ce tronçon au trafic routier. Seuls les poids lourds, sont interdits de circuler depuis plusieurs mois, sur le sens Bouira‑Alger en raison de la détérioration de la route à l’entrée et à la sortie du tunnel de Djebahia, conséquence de glissements de terrain qui n’ont pas été traités lors de la construction de l’autoroute. La réparation de ce tronçon moins de cinq ans après son ouverture au trafic routier révèle d’importantes malfaçons dans sa réalisation par le groupe public Cosider.

L’évitement de Kadiria, réalisé dans les années 1990, alors que le terrorisme ensanglantait cette région, a été bâclé. Les remblais servant de fondation à la route n’ont pas été suffisamment compactés pour supporter un trafic autoroutier. Résultat : des affaissements ont rendu la chaussée extrêmement dangereuse pour les automobilistes. Beaucoup d’accidents se sont produits sur cette partie de la route en raison de son mauvais état, d’autant qu’aucune signalisation spéciale n’a été mise en place pour prévenir les automobilistes. « L’évitement de Kadiria a été réalisé dans les années 1990 dans des conditions extrêmement difficiles en raison du terrorisme. Il était très difficile de travailler convenablement sur place », justifie une source proche de l’ANA.

L’excuse du terrorisme ne tient cependant pas pour l’évitement de Djebahia et le tunnel autoroutier qu’il comprend, déjà dans un état lamentable. La chaussée, en béton, est souvent inondée par de l’eau qui provient des parois du tunnel, témoignant d’un mauvais drainage de l’ouvrage. L’éclairage du tunnel est souvent défaillant, ce qui y rend la circulation dangereuse. La forte pente de l’évitement de Djebahia, plus de 6 % autorisée sur les autoroutes, fait de ce tronçon l’un des plus dangereux de l’autoroute Est‑Ouest. De nombreux accidents de la circulation s’y sont produits, ce qui a obligé les autorités à le fermer aux camions.

En réalité, tout le tronçon de Lakhdaria à Bouira, confié à Cosider, a été mal réalisé. Le groupe public a déjà refait la chaussée de l’évitement de Bouira qui s’est rapidement dégradée alors qu’elle devait tenir au moins une dizaine d’années. « Le bitume de la couche de roulement est fait pour durer dix ans au moins. Le corps de chaussée doit être dimensionné pour durer beaucoup plus longtemps », explique le responsable d’un bureau d’études de routes.

Ali Idir 10/09/2012


Nombre de lectures: 2144 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>