DzActiviste.info Publié le mer 6 Mar 2013

Violence et agression physique contre les femmes journalistes du journal Eldjmhouria d’Oran.

Partager

djoumhouria

COMMUNIQUÉ

Le comité national des femmes travailleuses affiliées au SNAPAP, dénonce fermement l’agression physique d’une journaliste et la violence exercée par le directeur général d’Eldjoumhouria à l’encontre des femmes journalistes.

Aveuglé par la misogynie et n’acceptant pas les compétences féminines, il passe à l’acte par la dégradation de la rédactrice éditorialiste au poste de commentatrice de rubrique et profitant de l’absence de contrôle de la mauvaise gestion, de l’impunité et du silence sur les graves dépassements il cible trois autres femmes journalistes qu’il dégrade également de la fonction d’éditorialistes à la fonction de commentatrices pour les empêcher de bénéficier de la nouvelle rémunération et par conséquent les priver d’une promotion indemnitaire éventuelle .

Ayant usé de la persécution et du harcèlement administratif ciblant les femmes, il s’évertue dans les pratiques dégradantes, il passe à un autre degré de violence par l’agression physique d’une femme journaliste venue tout simplement déposer son dossier de congé de maladie ,chose qu’il n’accepta pas se voyant dérangé par la journaliste qu’il considère comme une intruse qui insiste pour être reçue ,il surgit dans un état de colère incontrôlable et pousse violement la journaliste qu’ il fait basculer en lui appliquant violament la main contre son visage , effrayée, pétrifiée par la violence ,elle allait tomber sur le sol sans l’intervention de son époux qui l’accompagnait .

Le directeur ne s’arrête là, il appelle l’agent de sécurité et l’oblige à fermer la porte pour empêcher la journaliste et son époux de sortir des lieux et les séquestrer durant plusieurs heures et appelant les services de sécurité pour pour leur déclarer qu’ils sont venus l’agresser dans son bureau , devant le témoignage de l’agent de sécurité sous la contrainte ,les policiers les embarqués vers le commissariat du 16 eme à Oran ou la journaliste a perdu connaissance et a été transportée vers les urgences dans un état d’inconscience totale qui a duré deux heures.

Animé d’un esprit malsain et dépourvu de conscience et se considérant comme étant défié par une femme il porte plainte contre la journaliste et son époux pour agression et doivent comparaitre dans les prochains devant le tribunal d’Oran.

Par ailleurs il est à signaler que le ministère s’est placée du coté du directeur agresseur malgré la constitution et la présentation d’un dossier complet par la victime.

La présidente du comité

Maghraoui Yamina 05/03/2013


Nombre de lectures: 1725 Views
Embed This

Commentaire



Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>