DzActiviste.info Publié le mar 18 Déc 2012

«Vis Oh…! La cigogne au pays des grenouilles ».

Partager

par Ahmed  Benhada.

‘Si un jour le peuple voudra vivre, il ferait plier le destin’
Dixit A. Chabbi

Autrefois, j’ai entendu plusieurs fois Da Khelifa le vieux sage de notre Dechra dire : « Le serviteur des braves, c’est leur maître». Aujourd’hui les gens appelés à nous servir après les élections sont loin d’être des braves et encore moins des maîtres, ils sont beaucoup plus bas que les gens ordinaires.
Le cirque des élections du 29 novembre 2012 avait plié bagages, c’était un vrai cirque, plus nous nous rapprochions de notre
capitale Alger, plus ce cirque devenait grandiose par son aspect gugusse, son laid faciès de guignol, débordant de médiocrité et
d’impudeur. Certes, il y avait des gens sincères et honnêtes dans ce magma hétéroclite ou se bousculent les copains et les coquins,
les voleurs et les maraudeurs, les vendus et les corrompus, les enseignants et les fainéants, les majordomes et les femmes de
ménage, les tueurs et les dealers, le futile et l’inutile…
Le cirque est passé, mais la fantasia de la victoire continue, agrémentée de zorna, de bon couscous à la viande d’agneau et parfois d’échauffourées, d’escarmouches et même de rixes sanglants. Pourquoi…?

Comme on dit chez nous : « Vis Oh…! La cigogne au pays des grenouilles ».

Quel gâchis..! Pour le pays qui a enfanté des titans à l’image de Massinissa, de Ferhat Abbas, de Benbadis de Abane Ramdane, de Mohamed Boudiaf, de Mohamed Arkoun, de Malek Bennabi, de Kateb Yacine et tant d’autres encore, morts dans l’anonymat…

1/. Qu’est ce qui a fait que mon pays qui était promu à un bel avenir, et qu’on appelait la Californie de l’Afrique soit devenu
un grand terrain vague, un grand zailel, un bas fond de l’humanité…?

2/. Qu’est ce qui a fait que mon peuple amazigh qui était reconnu par sa bravoure au combat pour la liberté, par sa passion pour le savoir, par son amour pour le travail, par son hospitalité et sa générosité soit devenu un ramassis, un fatras de friperie humaine
usée bonne à jeter au rebut de l’humanité …?

3/. Certes, il y a des personnes honnêtes et compétentes, et il y en aura toujours ; mais qu’est ce qui a fait que des gens reconnus
comme étant des toqués, des tarés, des voleurs, des corrompus, des fripons se soient portés candidats aux élections pour briguer des postes de responsabilité avérée au niveau tant local que national pour siéger dans des assemblées de type : « arms up, arms down », « des assemblées fourre-tout… ».

4/. Qu’est ce qui a fait que mon peuple se taise et je dois me taire avec lui, devant tous ces délits, tous ces forfaits, tous ces crimes,
devant ce parjure et cette forfaiture…?

A/. Eh bien ! Le coupable c’est le mensonge. Ce mensonge qui nous gouverne depuis 1962 au nom d’une légitimité douteuse et révolue depuis des lustres parce que ses pères géniteurs sont morts et oubliés depuis la nuit des temps, et bien longtemps. Ce mensonge que nous déversent à longueur de temps nos chefs, nos maîtres, nos seigneurs à nous les serfs taillables et corvéables à merci, cela par l’intermédiaire d’un réseau d’information bien huilé dans la forfanterie, l’esbroufe, la gasconnade et la turpitude.

Tout un réseau de brosseurs professionnels serviles, des spécialistes de la médiocrité et de la courbette…

B/. Eh bien ! Le coupable c’est notre cupidité, notre désir insatiable de l’argent facile, de la fortune déloyale, à la base de laquelle niche notre mercantilisme culturel. Il y a certes des algériens honnêtes, des patriotes désintéressés, des intellectuels probes, mais regardons autour de nous, tous ces desperados de l’ordre moral, tous ces vautours rassemblés autour de la dépouille de notre mère patrie…

C/. Eh bien ! Le coupable c’est la peur, ce phénomène enfoui au plus profond de nous même est qui nous fait croire à l’imminence
d’un danger permanent que fait peser sur nous l’appareil policier du pouvoir pourri. Cette peur de la savak du pouvoir a fait naître
chez nous un état continu d’angoisse alimenté par les risques de répression féroce. A la fin, ce phénomène psychologique a
débouché sur un état de lâcheté généralisé à la presque totalité du peuple algérien.

D/. Eh bien le coupable c’est notre défaitisme, cette tare que nous portons comme une marque indélébile ancrée au plus profond de nous-mêmes, et que nous traînons à travers les ages, les époques et les temps qui avait fait et qui fait partie de notre culture ancestrale.
Pour étayer cette hypothèse, je me remémore cette anecdote du temps de l’époque coloniale : « Autrefois, on nous expliquait
l’aisance, l’opulence et les biens matériels des colons par le fait que le corbeau qui portait deux sacs de semences l’une de
richesses et l’autre de misères et qui était chargé de mission auprès du bon Dieu pour semer les richesse sur les Musulmans et les
misères sur les Koufars s’est trompé d’adresse et a fait l’inverse ».
Les colons d’aujourd’hui, nos tontons macoutes sèment la même culture avec des approches différentes.
Ils essaient de nous faire croire qu’ils détiennent une légitimité sempiternelle sur ce pays et c’est leur droit absolu de voler, et c’est notre devoir absolu de nous taire. Comme quoi, après eux ce sera le déluge…

E/. Eh bien le coupable c’est la synthèse des hypothèses sus-nommées, et qui a débouché sur la perte de tous les repères, de
tous les principes, de toutes les valeurs, et de tous les idéaux qui constituaient les fondements de l’algérianité telle que portée
par des héros comme Larbi Ben Mhidi ou Ahmed Zabana et qui avaient fait figure de vrais archétypes de patriotes devant la torture ou l’échafaud.

Pour confondre ces coupables, je vais vous raconter quelques petites anecdotes de fraîche date à leurs sujets, conçues par les maîtres penseurs du mensonge au service des tontons macoutes analphabètes et corrompus et il y en tellement, tellement, tellement …

Ce matin de ce jour de l’An 2012, j’ai lu dans un journal respecté de mon pays, l’Algérie est classée à la 20° place au classement FIFA des meilleurs équipes de football dans le monde loin devant le Ghana, le Cameroun, la Serbie, l’Egypte, le Danemark, le
Nigeria, la Suède, la Guinée, la Tchéquie, le Maroc et bien sur très loin devant… le Malawi. Quel mensonge ! Quelle bêtise !

Tout ceci me rappelle la blague de Issa Hayatou de la CAF: « l’Algérie peut organiser la coupe du monde de football », et nous
avons applaudi à l’unanimité devant ce mensonge, ce bobard ; et la blague du sieur Halilhodzic l’entraîneur de notre équipe nationale : « je jouerai pour la finale de la coupe d’Afrique 2013 et la demi-finale de la coupe du monde 2014 », et nous avons bombé le torse de vanité, et de jactance devant ce mensonge ridicule et grotesque.

Comme on dit chez nous : «Vis, Oh…! La cigogne au pays des grenouilles »…

Tant que la chère vache des orphelins (bagrat litama) persiste à donner du lait à tous ces amateurs de casse-croûtes, à ces voleurs,
à ces spécialistes de l’arnaque venus d’outre mer, qu’ils profitent au pays de la magouille, du tripotage et du fricotage ; l’Algérie des corrompus, l’Algérie des nigauds…

J’ai lu également cette même journée que dieu a fait et dans ce même journal, l’Algérie est classée à la 14° place mondiale pour l’achat d’armement pour la sécurité intérieure, elle dépasse de loin des pays comme la France et Israël en perpétuelle belligérance.
Tout cet armement pourquoi faire…?
Eh bien pour mater les enfants du petit peuple et bien assurer la sécurité des îlots résidentiels de nos seigneurs tarés et toqués, ainsi que celle de leur progéniture droguée et travestie à la mode d’outre mer.

J’ai lu également que Mme Hillary Clinton reconnaît les compétences de l’Algérie en matière de lutte antiterroriste…Un bon CV, avec la bagatelle de 200.000 morts et plus de 20.000 disparus.

Qui ne sait pas que l’un des générateurs du terrorisme est bien le pays de l’Oncle Sam, et cela dans le but de préserver ses gros
intérêts et sa toute puissance, et il a raison Tonton Sam, il pense à ses enfants… Hélas pour nous.

Hélas, la vérité est trop amère et la douleur insupportable.

Regardons mes fils, mes frères, et mes amis notre classement mondial pour la recherche scientifique, au moment ou nos diplômes ne valent plus rien, le classement de notre système de santé au moment ou nos malades cancéreux et autres meurent dans la souffrance absolue faute de soins et de médicaments dans des hôpitaux transformés en mouroirs, quand d’autres se soignent du tabagisme en Suisse.

Regardons mes fils, mes frères, et mes amis notre classement mondial en ce qui concerne l’instruction et l’éducation, la propreté et l’hygiène, la sécurité et la pauvreté, le vol et la corruption…

Regardons mes fils, mes frères, et mes amis où en est notre agriculture, notre industrie, notre système judiciaire. Où va l’Algérie…? Que dieu accorde toute sa clémence à Mohamed Boudiaf…

Eh bien, je vais vous rappeler quelques classements sérieux de notre cher pays. L’Algérie est classée à la 112° place pour la corruption et à la 136° place pour l’hygiène et la sécurité.

L’Université d’Alger est classée à la 8842° place, le Centre universitaire de B.B.Arreridj à la 17662° place. (W.R.W.U/01.2012).

Hélas, la liste des vérités est trop longue et la douleur est plus qu’insupportable.
Que va-t-il nous arriver dans 50 ans…?
Mes fils, mes frères, et mes amis réveillons nous aujourd’hui, demain il sera trop tard.
Mais qu’est ce qu’il y a lieu de faire…? Il me vient à l’esprit cette maxime de Denis Diderot : ‘La rhétorique est à l’éloquence ce que le théorie est à la pratique’.
Alors trêve de rhétorique et passons à la pratique, tous les algériens du moins les intellectuels et les gens instruits savent ou
est le mal et qu’est ce qu’il faut faire pour en guérir. Nous devons constituer un grand rassemblement de patriotes honnêtes
(démocrates, islamistes, indépendants) sans distinction de couleur politique autour des valeurs et idéaux de :

1/. Honnêteté. 2/. Compétence. 3/. Justice. 4/. Démocratie.

Nous devons nous décharger de nos tares, nous délester de nos tabous, nous libérer de nos complexes du passé tout proche et très
lointain que nous portons comme les stigmates d’une variole culturelle héritée d’une période révolue, ou d’une légitimité obsolète fondées sur la mythification ou la mystification.

Nous devons oublier nos polémiques, nos rancoeurs, nos divergences pour nous consacrer à l’essentiel, la survie et le salut de notre pays ; pour cela nous devons faire appel à des hommes compétents, courageux, et probes pour nous représenter, et nous guider dans cette phase difficile.

Nous devons semer la vérité, la liberté, la solidarité. Nous devons apprendre à nos enfants les vertus du travail, le goût de
l’effort, la passion du savoir pour en faire les citoyens de demain.

Pour en faire des enfants d’une nation contemporaine capables de rivaliser avec les peuples à l’avant-garde de l’humanité.
Un jour, Mohamed Boudiaf avait bien prédit :
« Les hommes capables de sauver l’Algérie doivent être Honnêtes, Compétents et Courageux ».

Que les hommes et les femmes honnêtes, compétents et courageux enfants de cette terre d’Algérie lancent un appel à la création
d’un rassemblement patriotique pour la sauvegarde du pays et de la nation avant qu’il ne soit trop tard…
A bon entendeur salut


Nombre de lectures: 301 Views
Embed This