DzActiviste.info Publié le ven 22 Mar 2013

Vive la révolution ! Vivent les peuples ! A bas les despotes !

Partager
Les lendemains des nations mûrissent dans les rêves de leurs enfants…


par D.Benchenouf

Une certaine bienpensance, prétendue progressiste, a décidé que le combat du peuple syrien contre l’une des dictatures les plus atroces de l’histoire contemporaine n’en était pas un. Des succédanés de gauchistes, de droidelomistes, et autres révolutionnistes, qui parviennent à tromper leurs propres personnes, en toute bonne conscience, et avec beaucoup de talent, ont réussi le défi de croire que les Assad sont eux-mêmes des progressistes. 
Ils ont pris prétexte de l’intrusion chafouine et mal venue du Qatar, de la Saoudie et de tous les régimes réactionnaires de la région, qui se sont engouffrés dans l’opportunité, et qui tentent de récupérer un mouvement populaire dont ils savent qu’il finira par se retourner contre eux, tôt ou tard, pour allumer des contre-feux, et taxer tout le peuple syrien d’entité réactionnaire, à la solde du Qatar. Rien que ça !
Et dans le même élan, ces autoproclamées forces progressistes ont adoubé la famille El Assad du rôle incroyable et glorieux de grand résistant au sionisme. A les entendre, le sursaut du peuple syrien ne serait qu’un complot ourdi par les sionistes eux-mêmes, et leurs alliés du Golfe, pour abattre la plus grande menace pour la survie d’Israël, celle qui cristalliserait l’axe de la résistance, où se positionnent le Hezbollah libanais, l’Iran, et la Syrie des Assad. Exit les dizaines de milliers de morts, les exactions de masse, les villes bombardées, les populations broyées ! Rien ne compte plus que de voiler la vérité sanglante, et de faire passer Assad de farouche combattant contre les forces les plus réactionnaires. Non, selon eux, il ne s’accroche pas au pouvoir, mais il tente de sauver le peuple syrien de lui-même. Puisque ceux qui le combattent ne sont que des terroristes à la solde du Qatar. Et que le million de réfugiés qui croupissent dans les camps n’ont été chassés que par ces derniers.
Mon Dieu ! Quelle tragique dérision ! Quel mépris pour les peuples ! Quelle impudeur, que d’affirmer de telles contre-vérités. Quelles éclipses de la conscience, et surtout quelle outrageante manipulation, ont été convoquées, pour éteindre le soleil de la vérité ?

S’il ne fait aucun doute que l’Iran et le Hezbollah sont d’authentiques forces révolutionnaires, naturellement opposées au wahabisme et au sionisme dominant, le régime des Assad n’a jamais représenté une quelconque menace pour le sionisme, cette dictature ethnique qui a su s’accommoder avec l’occupation par Israel du Golan, et qui a réussi la gageure, malgré cette soumission honteuse, de passer pour une force de résistance à l’occupant. 

En vérité, le seul ennemi du régime des Assad est le peuple syrien. Le carnage qu’il en a fait, en usant de tous les moyens militaires dont il dispose le montrent bien. C’est une guerre d’extermination contre les civils, ceux qui lui résistent, qu’il mène ouvertement, massivement, dont le seul discernement est ethnique. Et si ce n’était la menace des grandes puissances, il n’aurait pas hésité de recourir aux armes chimiques. Ce n’est surtout pas une guerre civile, mais une guerre contre les civils. D’un clan contre un peuple.
Mais l’histoire ne va pas à rebours. Il est des issues qui ne font aucun doute, et que seuls ignorent ceux qui sont trompés par leur propre aveuglement.

Ces pathétiques marionnettes, qui s’ignorent,  progressistes de pacotille, ne voient même pas qu’ils sont les meilleurs alliés de la Saoudie. C’est parce qu’ils soutiennent des régimes comme ceux de Kadhafi et de Assad, et qu’ils les subliment, au détriment de leurs innombrables victimes, qu’ils ont transformé les Qataris et les Saoudiens en héros. Ne le voient-ils pas ? Ne voient-ils pas leurs gesticulations saccadées, ne voient-ils pas les ficelles grossières ? Si je ne connaissais pas personnellement certains parmi eux, et si je n’étais pas assuré de leur sincérité, j’aurais pensé qu’ils avaient été missionnés pour rehausser l’image de ces forces réactionnaires qu’ils stigmatisent si maladroitement.  Au point où ils nous servent des soupes indigestes. Au point où ils veulent nous faire avaler l’énormité que les Assad sont des révolutionnaires arabes. Au point, monstrueux, d’escamoter, délibérément, tout à fait délibérément, la vérité sur des populations entières qui sont hachées menu. 
Mais tant va la cruche à l’eau…

Le peuple syrien sera libre. Il chassera le tyran. Et il recouvrera sa pleine souveraineté sur son pays.
Quel dommage que le Hezbollah et l’Iran n’ont pas su dépasser leur ancrage sectaire. Quel dommage qu’ils n’aient pas compris que leurs alliés naturels étaient au coeur de la résistance populaire, quelle qu’elle soit, et contre quiconque elle se manifeste. 
Si ces deux forces essentielles avaient rejoint la lutte du peuple syrien, contre son oppresseur, elles auraient provoqué une immense synergie, de toutes les forces potentielles du monde musulman, chiite, sunnite et chrétienne confondues en un seul élan, . Nous nous serions tous retrouvés, populations et peuples unis contre les despotes, sunnites ou chiites, chrétiens et mêmes athées. Nous aurions mis dans la même poubelle de l’histoire, les Assad avec leurs complices Saoudiens.  Dans le même sac à merde. Le seul qui puisse leur convenir. Qu’ils soient sunnites, chiites ou progressistes de la parlotte.
Nos peuples auraient vaincu dans le même temps le despotisme clanique et les traitres wahabites qui se servent de notre religion pour nous contenir, pour nous juguler, et continuer à nous manipuler. Pour le plus grand bien de leurs maîtres sionistes et évangéliques. Ou juste opportunistes planétaires.
La révolution du peuple syrien aurait été une dynamique progressiste, et elle n’aurait pas été contrainte de recourir à la seule issue qui lui a été laissée, celle des salafistes et des qataristes. Parce qu’on ne peut pas exiger d’un peuple qu’on massacre au missile, à la bombe et au canon qu’il ne s’allie pas à des forces réactionnaires.

Mais il n’est jamais trop tard pour le fleuve détourné, de retrouver son cours naturel. Il est encore temps, pour l’Iran, pour le Hezbollah, et pour toutes les forces vives de l’humanité agissante, de rejoindre le combat du peuple syrien. 
C’est le moment ou jamais !

Ceux qui s’agitent aujourd’hui, pour dénier au peuple syrien le droit de chasser les ogres qui le déchirent, ont une grande responsabilité dans la main-mise du Qatar sur la révolution syrienne. C’est parce qu’on ne lui a laissé aucune autre possibilité que le peuple syrien a accepté l’aide du Qatar, de ses affidés, et de ses patrons. 
Dans l’atroce situation qu’est la sienne, le peuple syrien aurait accepté même l’aide du diable, s’il le fallait, et il aurait eu raison, puisque ceux qui le meurtrissent et le broient sont pires que tous les diables possibles et imaginables. A-t-on vu le diable faire autant de mal à un peuple que El Assad n’en fait au sien ? 

Comme les peuple tunisien, libyen, égyptien, yéménite, bahreïni, et tous les peuples opprimés, quelle que soit leur religion, ou leur non-religion, le peuple syrien se libérera aussi, et il rejoindra la grande nation humaine qui se bat pour une vie plus digne, plus juste, d’où seront bannis les despotes. 
Et au moment voulu, il ne faut pas en douter, le peuple syrien saura se libérer des Qataris aussi. 
Demandez aux Qataris ce qu’ils pensent des Tunisiens, dont ils pensaient pourtant, qu’ils les avaient dans la petite poche du blaser. Pardon, de la djellaba. Allez en Tunisie, en Egypte, en Libye ! Vous verrez que l’investissement qatari est très décevant…Pour ses initiateurs. 
Rendez-vous à Dimeshk libéré !
Ya hala, ya hala…
                 DB







Nombre de lectures: 462 Views
Embed This