DzActiviste.info Publié le jeu 26 Avr 2012

Yacine Zaid, syndicaliste : «Trois représentants de l’Union européenne arrivent au commissariat…»

Partager

Yacine Zaid, syndicaliste et membre du comité national des droits des chômeurs (CNDDC), a été interpellé jeudi 26 avril à Alger avant d’être interrogé par la police. A DNA, il raconte. Alger, 09h30. Un grand nombre de policiers en civil tente de nous empêcher de nous rassembler devant le tribunal d’Alger pour défendre la cause de Abdelkader Kherba dont le procès ce tenait ce jeudi 26 avril.


Avant même l’ouverture du procès, une dizaine de personnes sont arrêtées devant le jardin du Square Saïd, non loin du tribunal. Une dizaine d’autres est dispersée par des policiers.
Un agent en civil tente de m’interpeller, mais je parviens à lui échapper pour filer droit vers le tribunal.
Avant moi, ils ont déjà arrêté Abdou Bendjoudi, puis Tchikou Mourad, deux autres syndicalistes venus au rassemblement.
J’avance, je courre quelques mètres d’être rattrapé par un policier. Je tombe. Cinq de ces collègues se jettent sur moi.
Je suis trainé jusqu’au fourgon de police qui file droit vers le commissariat du 3eme arrondissement. Sur place, nous sommes plusieurs à faire les frais de cette interpellation.
Nous attendons d’être auditionnés.
Moins d’une heure après mon arrestation, trois représentants de l’Union européenne, présents en Algérie pour la supervision des élections législatives, débarquent au commissariat. Ils ont été alertés suite à notre interpellation.
Dix minutes plus tard, un haut responsable de la police, un divisionnaire, me dit-on, arrive également sur les lieux.
Les quatre hommes s’enferment pendant une demi-heure avant que les trois Européens ne repartent. J’ignore ce qui s’est dit dans le bureau mais de suite, les policiers se dépêchent de nous entendre.
A la fin de notre audition, des policiers nous emmènent dans un hôpital de la capitale pour un contrôle de santé. La formalité effectuée, nous sommes de retour au commissariat. Après une heure d’attente, nous sommes relâchés.

3 ans de prison requis contre Abdelkader Kherba
Le procureur de la République du tribunal d’Alger a requis trois ans de prison à l’encontre de Abdelkader Kherba à l’issue du procès qui s’est tenu ce jeudi.
Abdelkader Kherba, membre du comité national des droits des chômeurs (CNDDC) étai poursuivi  pour troubles à l’ordre public, incitation à attroupement  et usurpation de fonction.
Le syndicaliste qui est détenu à la prison de Sekadji a été arrêté le 18 avril dernier alors qu’il assistait à d’un rassemblement organisé par des greffiers en grève depuis plusieurs jours.
Le verdict sera rendu jeudi 3 mai.


Nombre de lectures: 331 Views
Embed This