DzActiviste.info Publié le lun 5 Nov 2012

Zerhouni va-t-il devenir un Emir du pétrole ?

Partager
Juste un bisou, s’il te pléééééééé.

           

Yazid Zerhouni, L’inénarrable ex-ministre de l’Intérieur a fait une entrée remarquée, hier, à l’hôtel Hilton, lors de l’ouverture de la conférence internationale sur les perspectives énergétiques de l’Algérie. Une présence d’autant plus intéressante que des rumeurs insistantes couraient depuis quelques mois sur certains barons du régime qui auraient massivement investi dans le pétrole, le gaz, et les activités connexes, dans le Sahara algérien, avec des sociétés étrangères qui y activent. C’est un secret de polichinelle en fait. Puisque presque personne n’ignore que tous les barons importants du régime ont des affaires florissantes dans le Sahara utile, celui où on ne peut entrer que muni d’un Laissez-passer. Des activités en tout genre, qui rapportent trop gros, lorsque ce ne sont pas, tout simplement, des actions dans les sociétés étrangères qui tètent à la mamelle.
Nous savions déjà que toute la famille de Zerhouni vit aux USA depuis des décennies, que des membres de sa famille disposent de sociétés pompes-à-fric, qui « travaillent » régulièrement avec Sonatrach. Comme nous savions que c’est le cas de nombreuses autres familles de ces mêmes barons, presque toutes installées aux USA, dans un luxe qui crache sur la pudeur. Nous savions aussi que ces mêmes cercles avaient presque réussi à privatiser le secteur des hydrocarbures, et qu’ils se préparaient à devenir des émirs d’un nouveau genre, et que la loi sur les Hydrocarbures, que leur agent Khalil avait fignolée jusqu’à ses moindres détails, avait failli passer. En tous cas, leurs députés avaient été préparés à la voter à l’unanimité.
Cette présence de Zerhouni dans cette conférence vient réveiller les questions embêtantes qui nous donnent des coups de coude. Ainsi, Zerhouni qui ne s’intéresse à rien, c’est bien connu, sauf à son chéquier, ne peut pas être venu à cette rencontre juste parce qu’il s’ennuyait. Encore que Zerhouni ne s’ennuie jamais, puisqu’il passe le plus clair de son temps à compter ses sous. Parce que lui ne lâche rien. Il adore le pognon, il l’adule, et pleure de bonheur à sa seule vue. Il a même poussé le bouchon, juste pour gagner quelques dinars, jusqu’à imposer son épouse comme médecin-contrôle à la Casoral, pendant des décennies, alors qu’elle vivait aux USA, et qu’elle ne venait dans la ferme familiale qu’est l’Algérie que très rarement. Mais elle touchait ses salaires régulièrement, jusqu’à une date récente.
Mais trève de ragots, sur des familles honorables ! Revenons à la présence de Zerhouni dans cette foire au pétrole. Aurait-il été chargé, par sa famille « politique », si tant est que voler les naïfs peut être taxé de politique, aurait-il été missionné pour préparer des investissements massifs de riches personnalités algériennes, dans les hydrocarbures qui carburent si bien ? A-t-il été nommé Gestionnaire des Biens de la « famiglia », dans le nouvel Eldorado qu’ils se concoctent ? Est-ce que ces nouveaux riches sur notre dos, qui ne cachent même plus leurs immenses fortunes, ne se contentent plus  d’investir des milliards de dollars dans les Hedge fund, mais qu’ils visent plus près, juste sous leurs pieds ?
En tous les cas, Zerhouni a poliment refusé de donner les raisons de sa présence à cette conférence. Il aurait pu dire qu’il trouvait le temps long, et qu’il était juste passé tuer quelques heures. Non, il a préféré se débiner vite fait. C’est l’occasion pour nous de leur chercher des poux, à tous ces braconniers de gogos. En fait, en guise de poux, ce sont des crocodiles que n’importe qui peut débusquer, bien planqués sous leurs lourdes paupières. 
DB
Lundi 05/11/2012


Nombre de lectures: 576 Views
Embed This