DzActiviste.info Publié le dim 2 Juin 2013

ZINEB AZOUZ menacée pour avoir dénoncé le régime.

Partager
                     

Communiqué diffusé par Zineb Azouz, après avoir été menacée de représailles contre sa famille, si elle continue d’activer dans l’opposition au régime algérien. Le régime a peur, visiblement, que l’Université algérienne se réveille. Tout, sauf ça !

Après mon passage (de 10 min) sur la chaîne de télé El Magharibia, où mon avis de citoyenne, et d’universitaire, a été sollicité, sur la grave situation qui prévautdans notre pays, j’ai reçu des menaces de mort à peine voilées, contre moi et ma famille. La personne qui me les a fait parvenir, par Facebook, après m’avoir demandé très aimablement d’accepter son contact, s’est présentée comme étant un Capitaine des services secrets algériens. 
Ce n’est pas la première fois que je suis la cible de tels messages, où l’injure et les menaces étaient devenues presque banales. Mais c’est la première fois que ma famille est directement menacée de représailles, en des termes effroyables. J’ai des raisons très sérieuses de penser que ce message émanait vraiment d’un responsable de ces services.
Contrairement aux conseils de mes amis et de mes camarades de lutte, je ne porterai pas plainte contre ces gens, parce que je ne fais confiance ni à la justice de ce pays, ni aux pouvoirs publics. Je sais à quoi m’en tenir en la matière.
Mais, sachant pertinemment de quoi sont capables les brutes et les milices sanguinaires qui pilulent en toute impunité, j’ai décidé, pour ne pas exposer outre-mesure ma famille, plus qu’elle ne l’a déjà été.
Je suis donc au regret d’annoncer publiquement que je gèle toute activité politique. Je me bornerai, désormais, et ainsi qu’ils me l’ont « commandé », de m’occuper de mon travail et de ma famille, et de ne plus les évoquer, de la plus petite façon. Ils peuvent donc se réjouir !
Quelle grande bravoure que celle-là ! Faire taire une femme, enseignante à l’université, en menaçant de s’en prendre à sa famille !
A tous mes amis et camarades de lutte, je manifeste tous mes regrets, et toute mon impuissance, contre ces odieuses pratiques. Ils savent que je n’ai jamais tenu compte de ma sécurité personnelle, et ils comprendront que je n’ai le droit de mettre ma famille en péril.
Puisse ce peuple retrouver son honneur perdu! Puisse-t-il se libérer un jour de l’atroce emprise qui le broie!

A Constantine le 02 Juin 2013
Zineb Azouz


Nombre de lectures: 307 Views
Embed This